Mars Bleu au CHUGA : « Le dépistage sauve des vies »

Le Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes participe à l'opération nationale Mars Bleu. Un mois dédié à la mobilisation contre le cancer colorectal, le deuxième le plus fréquent en France. A cette occasion, des gastro-entérologues de l'établissement ont sensibilisé les usagers de l'hôpital Michallon à l'importance du dépistage, lundi 13 mars 2017.

Le Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes participe à l’opération nationale Mars Bleu. Un mois dédié à la mobilisation contre le cancer colorectal, le deuxième le plus fréquent en France. A cette occasion, des gastro-entérologues de l’établissement ont sensibilisé les usagers de l’hôpital Michallon à l’importance du dépistage, lundi 13 mars 2017.
" De nombreux professionnels de notre CHU sont mobilisés au quotidien dans le traitement du cancer colorectal. Même si des progrès considérables ont été réalisés en chirurgie et en chimiothérapie, le traitement d’un cancer colorectal à un stade métastatique demeure très complexe. En revanche, il se guérit très bien lorsqu’il est dépisté à temps " explique le docteur Aurélie Durand, gastro-entérologue au CHUGA.
Selon les derniers chiffres de l’ODLC (Office Départemental de la lutte contre le cancer), 43 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année en France. Les hommes et les femmes sont touchés de manière égale. Ce cancer se développe lentement à l’intérieur du côlon et du rectum à partir de petites lésions appelées polypes. Au cours de leur développement, certains polypes peuvent se transformer en cancer. Celui-ci évolue d’abord sans symptôme ni signe perceptible.
" En moyenne, il faut 10 ans pour qu’un polype évolue en cancer. Plus tôt un polype est repéré, plus l’acte chirurgical est simple à effectuer. Le dépistage permet donc de sauver des vies " prévient le docteur Aurélie Durand.
" Le dépistage s’adresse à tous, hommes et femmes à partir de 50 ans. Un test est remis au cours d’une consultation de routine et sans avance de frais, en dehors de tout symptôme et d’antécédent familiaux. Il se réalise à domicile et ne présente ni risque ni douleur. Dans 96 % des cas le test est négatif. 4 personnes sur 100 devront réaliser une coloscopie. En 2015, 35 000 Isérois et Iséroises ont fait ce test ce qui représente un taux de participation de 41 %, insuffisant pour faire baisser significativement la mortalité due à ce cancer " témoigne Jocelyne Chevalier, responsable de la communication de l’ODLC Isère.
Outre les échanges avec les professionnels de santé du CHUGA, les visiteurs du CHUGA ont pu découvrir un mur gonflable polype. Le public a également eu la possibilité d’exprimer son soutien à la cause Mars Bleu en venant se faire photographier. Un photomaton " je soutiens Mars Bleu " était installé dans le hall durant toute la journée. Une façon ludique de communiquer et d’inciter ses proches à participer au dépistage.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.