Mars bleu : campagne nationale de dépistage du cancer colorectal relayée en Indre et Loire

Durant le mois de mars, le CHU de Tours s’associe au Centre de Coordination des Dépistages des Cancers (CCDC) d’Indre et Loire (37) pour diffuser localement les messages de prévention contre le cancer colorectal dans un département où seuls 42% des femmes et des hommes de 50 à 74 ans se font dépister.

Durant le mois de mars, le CHU de Tours s’associe au Centre de Coordination des Dépistages des Cancers (CCDC) d’Indre et Loire (37)  pour diffuser localement les messages de prévention contre le cancer colorectal dans un département où seuls 42% des femmes et des hommes de 50 à 74 ans se font dépister.
Une campagne sous le signe de l’information, de l’échange et de la mobilisation sportive
Affichage public sur le thème « 50 ans c’est le moment » rappelant que, repéré à temps, un cancer colorectal n’est pas méchant, des banderoles d’information, distribution chez les primeurs de sachets fruits et légumes portant le message « Mieux manger, c’est se faire plaisir tout en préservant sa santé », diffusion de serviettes siglées « dépistage» dans la restauration collective et installation de 15 stands d’information tenus par les professionnels de santé notamment sur les sites du CHU de Tours. Point d’orgue la 3ème Marche Bleue du dépistage, dimanche 18 mars à 14h00 à l’Hippodrome de Chambray-lès-Tours avec initiation à la gymnastique chinoise Tai Chi Chuan et au Qi Gong.
Le cancer colorectal et son dépistage
En 2011, on estimait à 40 500 environ le nombre de nouveaux cas de cancer colorectal en France métropolitaine. Le cancer colorectal se situe ainsi au 3ème rang des cancers les plus fréquents. Responsable de 17 500 décès par an, le cancer colorectal est la 2ème cause de décès par cancer après le cancer du poumon.
Le dépistage organisé du cancer colorectal s’adresse aux hommes et aux femmes, âgés de 50 à 74 ans. Tous les 2 ans, le CCDC leur envoie une invitation à retirer un test de dépistage (Hemoccult II®) chez leur médecin.
Le médecin généraliste a un rôle central puisqu’il remet et explique le test de dépistage. Le test, réalisé à domicile, est simple, indolore et gratuit.
Un dépistage régulier peut permettre d’identifier la maladie à un stade très précoce de son développement ou de détecter des polypes (adénomes) avant qu’ils n’évoluent vers un cancer. Toutefois, le cancer colorectal est encore trop souvent diagnostiqué tardivement.
Cela s’explique notamment par le fait qu’il évolue dans un premier temps sans donner de symptômes. En faisant un test de recherche de sang occulte dans les selles tous les 2 ans (suivi d’une coloscopie en cas de test positif) il est possible de diminuer de 35% la mortalité par cancer colorectal chez les participants. C’est pourquoi il est capital d’atteindre un taux de participation élevé.
Mars est le mois de mobilisation nationale contre le cancer colorectal  ; cette campagne s’inscrit dans le plan cancer 2009 – 2013.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.