Mars bleu : mobisation nationale contre le cancer colorectal

Pour accroître le taux dépistage du cancer colorectal qui n'est que de 45% en Indre et Loire, le CHU de Tours relaie la campagne de l'Institut National du Cancer. Affiches et spots radio inciteront les personnes de 50 à 74 ans à adopter une démarche de prévention.

Pour accroître le taux dépistage du cancer colorectal qui n’est que de 45% en Indre et Loire, le CHU de Tours relaie la campagne de l’Institut National du Cancer. Affiches et spots radio inciteront les personnes de 50 à 74 ans à adopter une démarche de prévention.

Avec près de 17 000 décès annuels,le cancer colorectal est la 2ème cause de décès par cancer. Or, dépisté à temps, un cancer colorectal n’est en général pas méchant : le dépistage permet d’identifier la maladie à un stade très précoce de son développement et de détecter des polypes avant qu’ils n’évoluent vers un cancer.

Le dépistage organisé du cancer colorectal s’adresse aux hommes et aux femmes âgés de 50 à 74 ans. Il repose sur la réalisation tous les 2 ans d’un test de recherche de sang dans les selles, le test Hemoccult II®. Ce test simple, pris en charge à 100 % par l’assurance maladie, est réalisable à domicile et est remis par le médecin traitant.

En cas de test positif, il faut réaliser une coloscopie.
Ce programme de dépistage est financé en Indre et Loire par les caisses d’assurance maladie (CPAM, MSA, RSI), par l’État et par le Conseil Général. Le Centre de Coordination des Dépistages des Cancers www.cdcc37.fr est la structure en charge de l’organisation du dépistage des cancers dans le département.
Pour toute information, le public peut s’adresser à son médecin traitant ou appeler le 02.47.47.98.92

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.