Marseille entre dans sa période « Pastel »

L’informatique a sa langue un rien ésotérique pour les néophytes et ceux qui auront la curiosité de lire le communiqué de l’AP-HM apprécieront certainement la mutation que vient de vivre l’institution phocéenne. Un exploit silencieux puisque « ça marche ! » et dans des proportions qui forcent le respect. En effet, la solution « Pastel » a changé le quotidien de saisie de plus d’une dizaine de milliers d’utilisateurs, une vingtaine d’applications sont concernées et 16 mois de travail ont été nécessaires pour mener à bien cette mission hors du commun ; prochain clic le dossier patient informatisé (le DPI des initiés).

L’informatique a sa langue un rien ésotérique pour les néophytes et ceux qui auront la curiosité de lire le communiqué de l’AP-HM apprécieront certainement la mutation que vient de vivre l’institution phocéenne. Un exploit silencieux puisque « ça marche ! » et dans des  proportions qui forcent le respect. En effet, la solution « Pastel » a changé le quotidien de saisie de plus d’une dizaine de milliers d’utilisateurs, une vingtaine d’applications sont concernées et 16 mois de travail ont été nécessaires pour mener à bien cette mission hors du commun ; prochain clic le dossier patient informatisé (le DPI des initiés).
Le 17 janvier 2012, l’AP-HM a installé la solution « PASTEL » destinée à la gestion administrative des patients et la facturation des séjours.  Effectuée en une seule fois et au même moment pour les 4 hôpitaux de l’AP-HM (3 600 lits, 12 000 utilisateurs formés, 4 800 postes de travail impactés), jamais une telle opération n’a été réalisée en France. Cette nouvelle solution alimente en information plus de 18 applications simultanément  (Imagerie, Laboratoires, Radiothérapie, Psychiatrie, Pharmacie, Dictée numérique,…) grâce à un une intégration d’applications d’entreprise ( IAE Cloverleaft) gérant 41 flux de données.
Ce lancement, qui s’est effectué sans complications ou retard, est le résultat de 16 mois de travail. Il constitue la dernière phase du renouvellement du système d’information de l’AP-HM. Ainsi en 2011, l’ensemble des grandes solutions existantes ont été remplacées :
Janvier : Lancement de la gestion économique et financière (eMagh2), informatisation de la gestion des pharmacies (Pharma),
Mars : Lancement de la gestion des ressources humaines et de la paie (Agirh, PH7),
Avril : Informatisation du circuit du médicament dans 5 unités (Pharma), fin de la généralisation de la dictée numérique (Anticyclone),
Mai : Lancement de Cora (logiciel consacré  au recueil et au traitement des données du PMSI) au sein des Hôpitaux Sud et pour l’activité SSR,
Juin : Lancement de Cora à l’hôpital de la Conception,
Septembre : Lancement de Cora à l’Hôpital de la Timone Enfants, informatisation de l’HAD, informatisation des écoles d’infirmières,
Octobre : Lancement de Cora à l’Hôpital de la Timone.
Cette modernisation a très largement participé au plan de retour à l’équilibre de l’AP-HM en contribuant à l’amélioration des recettes tout  en diminuant le coût de possession de ses applications informatiques. Le système d’information de l’AP-HM dispose maintenant d’une infrastructure technique et d’un socle applicatif moderne, stable et évolutif appropriés pour déployer de nouveaux projets : FIDES, DMP,… et surtout la mise en place de son dossier patient informatisé pour lequel un cahier des charges est en cours d’écriture.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.