Marseille / Marrakech : l’excellence partagée

Pour la 1ère fois au Maroc, une opération de chirurgie éveillée du cerveau sur un patient souffrant d’une tumeur cérébrale a été réalisée le 21 juin au CHU Mohamed VI de Marrakech par le Pr Metellus et son équipe du pôle Neurosciences de l’AP-HM. L’événement organisé par le Pr Said Ait Benali visait à promouvoir cette technique au Maroc. L’après-midi, la communauté médicale a assisté à une conférence scientifique sur cette approche innovante à la faculté de médecine de Marrakech.

Pour la 1ère fois au Maroc, une opération de chirurgie éveillée du cerveau sur un patient souffrant d’une tumeur cérébrale a été réalisée le 21 juin au CHU Mohamed VI de Marrakech par  le Pr Metellus et son équipe du pôle Neurosciences de l’AP-HM. L’événement organisé par le Pr Said Ait Benali visait à promouvoir cette technique au Maroc. L’après-midi, la communauté médicale a assisté à une conférence scientifique sur cette approche innovante à la faculté de médecine de Marrakech.
Adoptée depuis plusieurs années à la Timone par le Pr Philippe Metellus, la chirurgie éveillée est préconisée en cas de gliomes (tumeurs les plus fréquentes du cerveau). Cette technique présente de nombreux avantages. Elle rend opérable des tumeurs qui ne l’étaient pas, elle limite les risques de séquelles neurologiques, garantit une plus grande efficacité de l’acte chirurgical et une meilleure qualité de vie aux patients grâce à la détection précise et fiable des zones fonctionnelles à épargner. Concrètement, durant l’intervention, le patient est réveillé et pratique des tests adaptés (de langage, de motricité, de vision), qui  permettent au chirurgien d’élaborer une cartographie du cerveau spécifique à chaque patient et d’évaluer ses capacités à chaque stade de l’opération. Ce travail d’équipe implique une coordination parfaite entre les différents intervenants : neurochirurgien, infirmière de bloc, anesthésiste, orthophoniste et/ou neuropsychologue.
Autre atout, la réduction du  nombre et de la durée des séjours en centres en centres de rééducation qui peut aller jusqu’à 6 mois.

Marseille : centre expert pour la Méditerranée

En signant ou cosignant plus de 43 accords de coopération, l’AP-HM s’affirme comme l’un des Centres Hospitaliers Universitaires (CHU) les plus actifs de France. Tournée vers le bassin méditerranéen, l’institution déploie des partenariats hospitaliers, notamment dans le cadre de l’Union pour la Méditerranée.
L’AP-HM entretient des relations étroites avec les pays du Maghreb : en Algérie avec le CHU de Bab El Oued, l’Hôpital Central des Armées et l’école nationale de management et de l’administration de la santé (ENMAS), en Tunisie avec l’Hôpital d’enfants et l’Hôpital Charles Nicolle de Tunis et bientôt au Maroc, avec le CHU de Rabat.
L’AP-HM est également un partenaire privilégié pour les établissements et facultés du Moyen-Orient : au Liban, de l’Université Saint Joseph de Beyrouth, en Israël, de l’Hospital Rambam of Haifa et en Egypte des Hôpitaux universitaires d’Alexandrie.
L’AP-HM intervient aussi dans les pays francophones de l’Afrique Noire, la zone Caraïbe (Haïti) avec qui les liens sont fortement établis et dans les pays dont les nationaux sont fortement représentés à Marseille (Comores, Arménie).
Les coopérations peuvent être de nature hospitalière afin de favoriser une meilleure connaissance des organisations par le biais de formation et de perfectionnement des équipes. Des accords de nature hospitalo-universitaire sont aussi passés avec la mise à disposition d’experts et l’accueil de stagiaires. Parfois, les ententes sont financières : prise en charge de malades, recouvrements de factures, transferts avec les pays cocontractants ou encore gestion des crédits alloués pour financer un partenariat.

Pour en savoir plus :
Sur la chirurgie éveillée du cerveau
Pr Philippe METELLUS, Service de Neurochirurgie, Groupe hospitalier de la Timone, Tel. 04 91 38 55 41

Sur les accords de coopération 
Bernard BELAIGUES, Directeur de la recherche, de l’innovation, des relations avec l’Université, affaires internationales 
 bernard.belaigues@ap-hm.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.