Martine Ladoucette nommée à la tête de l’ARS de l’Océan indien

Par décision du Conseil des ministres en date du 22 août 2018, Martine Ladoucette, Directrice générale du CHU de Nîmes (CHUN) a été nommée Directrice générale de l’Agence régionale de santé (ARS) de l’Océan indien, sur proposition de la ministre des Solidarités et de la Santé, pour une prise de fonctions à compter du 3 septembre 2018. Ce jour, un communiqué de presse du CHU revient sur les temps forts de son mandat et sur son attachement aux professionnels de cet établissement. Principaux extraits...
Par décision du Conseil des ministres en date du 22 août 2018, Martine Ladoucette, Directrice générale du CHU de Nîmes (CHUN) a été nommée Directrice générale de l’Agence régionale de santé (ARS) de l’Océan indien, sur proposition de la ministre des Solidarités et de la Santé, pour une prise de fonctions à compter du 3 septembre 2018. Ce jour, un communiqué de presse du CHU revient sur les temps forts de son mandat et sur son attachement aux professionnels de cet établissement. Principaux extraits…
Au terme d’un mandat de quatre années, Martine Ladoucette a tenu à adresser aux personnels médicaux, paramédicaux, administratifs et techniques du CHUN un message dans lequel elle indique « très simplement et sincèrement, toute la fierté et le plaisir qu’[elle] a eu à pouvoir piloter la gouvernance du CHUN, en partenariat étroit avec le Président de la Commission médicale d’établissement (CME) et le Doyen de la faculté de Médecine ». 
« Fière et heureuse de ce que nous avons pu accomplir ensemble pour consolider la dynamique de développement et le positionnement de cet établissement si attachant », Martine Ladoucette a cité, parmi les temps forts de son mandat, l’ouverture de l’Institut de Cancérologie du Gard (ICG) « pour accroître la place et la notoriété du CHUN dans cette spécialité », l’ouverture du nouvel EHPAD « Le Figuier » sur le site de Serre Cavalier, le développement des activités de recours et de soins critiques, la modernisation et l’humanisation des services à la faveur d’un schéma directeur immobilier ambitieux, le virage ambulatoire, « tant chirurgical que médical » et « le renforcement, toujours davantage, du plateau technique de dernière génération, dans toutes ses composantes : imagerie, médecine nucléaire et robotique chirurgicale notamment. » La Directrice générale s’est également félicitée du « cap réussi » de la visite de Certification de la Haute autorité de santé (HAS).
Rappelant que le Projet d’établissement 2018-2022, Martine Laoucette a précisé qu’il n’était « pas seulement un projet médical et scientifique ambitieux, mais tout autant un projet managérial et social auquel [elle] a toujours, personnellement, attaché beaucoup d’importance, malgré la contrainte budgétaire qui limite inévitablement l’attribution des moyens d’accompagnement. » La Directrice générale a rappelé « L’importance du Projet usagers, pour que ceux-ci prennent toujours plus leur place au sein de notre hôpital et soient les acteurs, à part entière, de leur parcours de soins ».
« Je quitte l’établissement à un moment où de nombreux projets, déjà bien engagés, doivent se concrétiser : l’ouverture d’une nouvelle crèche pour l’ensemble des personnels, celle du bâtiment Neurosciences, pour lequel de nombreux défis demeurent, dont la réussite du développement de la neurochirurgie, l’ouverture du bâtiment de circuit court pour permettre de nouvelles réorganisations et le développement des activités chirurgicales d’avenir, le démarrage effectif des travaux pour les deux nouvelles constructions attendues (bâtiment de Rééducation et Médecines spécialisées d’une part, Institut de formation aux métiers de la santé – IFMS d’autre part), le démarrage des études pour la reconfiguration et l’extension du plateau technique interventionnel, le démarrage du déploiement du nouveau dossier patient numérique de dernière génération, la mise en fonctionnement du cinquième accélérateur en vue de la stéréotaxie, la mise en place d’un entrepôt de données pour favoriser les inclusions et l’émergence des nouveaux projets de recherche … »
Indiquant que « La diversité de ces projets est le signe que la trajectoire de développement du CHUN se poursuit avec solidité et confiance en l’avenir, compte tenu des talents et des énergies, mais aussi de leur soutenabilité financière, rendue possible par la croissance continue de l’activité et les efforts de gestion collectifs auxquels les collaborateurs du CHUN ont tous participé », Martine Ladoucette a tenu à exprimer à ses équipes sa « gratitude pour le soutien [qu’elles lui] ont apporté tout au long de ces années, en étant toujours au rendez-vous, tout particulièrement dans des moments forts, lorsqu’il fallait prioriser et décider et des moments difficiles voire critiques, lorsqu’il fallait passer à l’action ».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.