Martine Ladoucette nommée Directrice générale du CHRU de Nîmes

Martine Ladoucette a pris la Direction générale du CHRU de Nîmes, le lundi 15 septembre 2014, avec la mission de relever plusieurs défis : Garantir l’accès à l’offre de soins et à un parcours de soins cohérent, à tous les patients, quels que soient leur âge et leur pathologie...

Martine Ladoucette a pris la Direction générale du CHRU de Nîmes, le lundi 15 septembre 2014, avec la mission de relever plusieurs défis : Garantir l’accès à l’offre de soins et à un parcours de soins cohérent, à tous les patients, quels que soient leur âge et leur pathologie, Conduire la restructuration spatiale du CHRU de Nîmes programmée en fonction des projets médicaux dont celui de l’institut de cancérologie et celui du centre de neurologie médico-chirurgicale, deux projets public-privé en cours. Des développements menés en concertation avec la communauté médicale dans un contexte de forte augmentation de l’activité et d’ouverture vers la ville et le territoire de santé.

Mme Ladoucette souhaite aussi préparer la réussite du CHU pour la prochaine campagne de certification à horizon 2017. « En prenant mes fonctions de Directeur Général, je souhaite poursuivre  la dynamique du développement du CHU dans sa dimension hospitalière comme universitaire, telle qu’elle fut impulsée depuis plusieurs années par mon prédécesseur Jean-Olivier ARNAUD et confortée par Nicolas BEST pendant la période d’intérim. Aussi, je place ma motivation et mon expérience professionnelle au service d’une légitime ambition institutionnelle pour concrétiser notamment et rapidement les nombreux projets déjà bien engagés. Le CHU de Nîmes doit continuer à progresser en conciliant valeurs humaines et performance au service de la population qui lui accorde sa confiance.»
Le parcours de Martine Ladoucette
Diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’Ecole nationale de la santé publique, elle prend la tête du CHRU de Nîmes après avoir dirigé le Groupement Hospitalier de l’Est Francilien (CH de Meaux, Lagny Marne la Vallée et Coulommiers, 434 M€ de budgets, 641 ETP personnel médical 4714 ETP personnel non médical) pendant 3 ans. Elle y a défini et mis en œuvre le projet stratégique du groupement inter-hospitalier. L’ouverture d’un nouvel hôpital (Marne la Vallée) et la restructuration en profondeur des deux autres établissements dans un contexte de plans de redressement financier ont été également ses missions prioritaires.
Madame Ladoucette a commencé sa carrière en 1986 en tant que Directrice adjointe en charge de la direction des ressources Humaines au CH ESQUIROL (Val de Marne). En 1993, elle rejoint l’Hôpital pédiatrique Robert Debré (APHP) en qualité de Directrice adjointe en charge des affaires économiques et financières. En 1997, elle prend la Direction de l’Hôpital gériatrique Georges Clémenceau (APHP). De 2001 à 2003, elle exerce,  en tant qu’adjoint au Directeur, à la Direction centrale du personnel et des relations sociales, étant en charge de la sous-direction « effectifs et condition de travail ». Puis elle prend la tête de l’Etablissement public de santé mental Perray Vaucluse sur deux sites (Paris et Epinay sur Orge) en 2003. En 2006, elle est nommée directrice générale au Centre hospitalier Intercommunal Eaubonne Montmorency avant de diriger en 2011 le Groupement Hospitalier de l’Est Francilien.
A la tête de ces divers établissements, Martine Ladoucette a mené des projets de coopérations public-privé, de partenariats inter hospitaliers, le développement des relations ville-hôpital, la construction, ou la restructuration de bâtiments hospitaliers. Ses 30 années de pratiques managériales ont été orientées sur la conduite de changement.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.