Marwa : l’AP-HM s’exprime suite au rapport des experts médicaux

L’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille regrette le traitement réservé par certains médias à la situation de la petite Marwa alors que la justice est saisie.
L’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM) regrette le traitement réservé par certains médias à la situation de la petite Marwa alors que la justice est saisie. 
Rappel des faits
En septembre 2016, Marwa, une fillette d’un an est hospitalisées victime d’un entérovirus foudroyant. D’abord accueillie à l’hôpital Lenval de Nice, elle est transférée le lendemain à La Timone (AP-HM) où dès son arrivée elle est plongée dans un coma artificiel.
Les médecins estiment que le virus a causé des troubles neurologiques sévères et irréversibles chez la fillette, artificiellement maintenue en vie par un appareil respiratoire. L’équipe propose aux parents de débrancher l’appareil, estimant que la poursuite des soins constituerait un acharnement thérapeutique. Aucune décision n’est prise. Le père de Marwa lance une pétition sur Change.org qui recueille plus de 100 000 soutiens et saisit le tribunal administratif de Marseille le 14 novembre 2016, afin de s’opposer à l’avis des médecins. Il "demande simplement qu’on laisse du temps à Marwa", chez qui il voit "des progrès chaque jour" précise Nice Matin du 6 janvier 2017.
Dans un communiqué en date du 11 janvier 2017, l’AP-HM rappelle que les équipes médicales et soignantes aspirent à exercer leurs missions dans un climat de calme et de sérénité.
"L’AP-HM partage la douleur de la famille face à cette situation dramatique. Elle apporte également tout son soutien à ses équipes qui vivent une situation inédite, difficile et éprouvante et qui malgré ce contexte assurent avec professionnalisme et dévouement la prise en charge de tous les petits patients qui leurs sont confiés." est il noté. A ce titre l’AP-HM cite le rapport des experts médicaux qui ont souligné "la très haute qualité des soins prodigués par les équipes de l’AP-HM et l’exemplarité de la prise en charge de la petite patiente." "l’équipe médicale a respecté les dispositions prévues par la loi Léonetti relative aux droits des malades et à la fin de vie. Enfin, les experts estiment que le dialogue avec la famille de l’enfant a été constant, la famille de l’enfant ayant été régulièrement reçue et tenue informée de l’évolution de la situation médicale"
Selon l’AP-HM, aucune décision de limitation thérapeutique n’a été prise dans l’urgence que jamais le manque de place ne pourrait conduire à modifier les processus décisionnels dans les situations de limitation des soins.
La justice ayant été saisie et dans l’attente de l’audience, l’AP-HM ne saurait faire d’autres commentaires. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.