Maternité et tabac : une journée d’échange, de nouveaux projets

Une journée d'échange entre le Pr Delcroix, les médecins et soignants de l'hôpital de la mère et de l'enfant, la direction générale du CHU et l'ARH Limousin a permis de poser les bases de nouvelles actions pour mieux sensibiliser les femmes enceintes suivies par l'hôpital à l'arrêt du tabac.

Une journée d’échange entre le Pr Delcroix, les médecins et soignants de l’hôpital de la mère et de l’enfant, la direction générale du CHU et l’ARH Limousin a permis de poser les bases de nouvelles actions pour mieux sensibiliser les femmes enceintes suivies par l’hôpital à l’arrêt du tabac.

Le Pr Delcroix gynécologue obstétricien au CHU de Lille et responsable du programme « Maternité sans tabac » au sein du réseau Hôpital sans tabac est venu au CHU de Limoges à l’occasion de cette journée.

Un questionnaire renseigné par 260 personnels de l’hôpital a d’abord permis de mieux connaître le niveau de sensibilisation de chacun aux risques de l’addiction tabacologique chez la femme enceinte, et la qualité des informations données aux futures mamans sur ce sujet.

L’hôpital de la mère et de l’enfant du CHU de Limoges a déjà mis en place une politique d’accompagnement des femmes enceintes, qui s’est réalisée grâce au travail d’une sage-femme, qui prend en charge les femmes enceintes et les aide au sevrage pendant leur maternité.

Le Dr Aboyans, tabacologue et cardiologue à l’hôpital Dupuytren, qui accompagne cette démarche et le Pr Delcroix (gynécologue obstétricien au CHU de Lille et responsable du programme Maternité sans tabac au sein du réseau Hôpital sans tabac) invité de cette journée, ont démontré à tous la nocivité du tabac chez la femme enceinte et les dégâts qu’il peut entraîner sur le foetus.

La direction générale du CHU et la direction de l’ARH ont affirmé à cette occasion la volonté de poursuivre la réalisation d’un plan régional de lutte contre le tabac pendant la grossesse, avec une mission pédagogique régionale de formation des sages femmes dans les autres sites. Une action qui s’intégre dans la réforme Patient Santé Territoire.

D’autres appareils de dosage du monoxyde de carbone vont aussi être commandés pour permettre aux sages femmes de pratiquer des dosages par voies respiratoires au moment de l’accouchement afin d’évaluer les conséquences de l’intoxication chez le nouveau-né.

Le CHU de Limoges va aussi mettre en place un dépistage et un accompagnement des enfants victimes du monoxyde de carbone et, grâce à l’expérience déjà acquise des tabatocogues locaux, prendre en charge les femmes enceintes fumeuses…et tous ceux et celles qui désirent arrêter de fumer pour améliorer l’environnement du foetus.

Bien sur, la prise de conscience collective des soignants se trouve aussi renforcée par cette journée.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.