Maurice et Sam, visiteurs des malades en gérontologie

Signes particuliers poilus : Maurice, est un labrador croisé boxer ; Sam un teckel, tous deux revêtus du label « visiteurs de malades en milieu hospitalier » font partie intégrante de l’équipe de l’aumônerie de l’hôpital Cimiez. Ils ne vont ni dans les chambres ni dans les services de soins où ils sont interdits pour cause d’hygiène mais dans une salle polyvalente où les familles se réunissent lors des spectacles et des animations organisés par les bénévoles.

Signes particuliers poilus : Maurice, est un labrador croisé boxer ; Sam un teckel, tous deux revêtus du label « visiteurs de malades en milieu hospitalier » font partie intégrante de l’équipe de l’aumônerie de l’hôpital Cimiez. Ils ne vont ni dans les chambres ni dans les services de soins où ils sont interdits pour cause d’hygiène mais dans une salle polyvalente où les familles se réunissent lors des spectacles et des animations organisés par les bénévoles.
Une fois par mois, les  résidants de l’EHPAD de l’hôpital Cimiez (CHU de Nice) profitent de leur présence apportant bonheur et joie aux pensionnaires, juste avant la célébration de l’office religieux où voisins du quartier et hospitaliers se retrouvent ensemble lors de l’omélie.
Pattes et corps soigneusement désinfectés pourvus d’un bandana bleu et d’un badge du Service, Maurice et Sam vivent un vrai moment d’intimité avec les malades, riches en caresses et en affection. « Leur présence réduit le sentiment d’attente pendant la préparation pour la messe » indique le Pr Patrice Brocker chef de Pôle de Gérontologie.
On dit que le chien est le meilleur ami de l’homme. C’est leur comportement particulièrement affectueux qui nous a incités à imaginer ce rendez-vous mensuel, continue le médecin, d’autant que la thérapie assistée par l’animal est un concept moderne de la prise en charge des troubles du comportement des personnes âgées. L’animal améliore la qualité de vie de la personne et participe au lien social comme médiateur car il devient le centre l’intérêt.
Des bienfaits étudiés dans le cadre de la prise en charge des patients atteints de maladie d’Alzheimer.
Depuis 2 ans, nous avons assisté à des scènes d’une immense tendresse et complicité entre  patients souffrant de la maladie d’Alzheimer et nos deux visiteurs à quatre pattes redonnent dans ce contexte de souffrance, un peu de sérénité.
Cette rencontre en l’homme et l’animal a été possible grâce à la bienveillance et à l’ouverture  d’esprit du Professeur, mais aussi grâce à leur propriétaire Mme Faye Buckey qui tous les jours apporte aux chiens l’importante dose de câlins nécessaire à leur mission.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.