Maurice et Sam, visiteurs des malades en gérontologie

Signes particuliers poilus : Maurice, est un labrador croisé boxer ; Sam un teckel, tous deux revêtus du label « visiteurs de malades en milieu hospitalier » font partie intégrante de l’équipe de l’aumônerie de l’hôpital Cimiez. Ils ne vont ni dans les chambres ni dans les services de soins où ils sont interdits pour cause d’hygiène mais dans une salle polyvalente où les familles se réunissent lors des spectacles et des animations organisés par les bénévoles.

Signes particuliers poilus : Maurice, est un labrador croisé boxer ; Sam un teckel, tous deux revêtus du label « visiteurs de malades en milieu hospitalier » font partie intégrante de l’équipe de l’aumônerie de l’hôpital Cimiez. Ils ne vont ni dans les chambres ni dans les services de soins où ils sont interdits pour cause d’hygiène mais dans une salle polyvalente où les familles se réunissent lors des spectacles et des animations organisés par les bénévoles.
Une fois par mois, les  résidants de l’EHPAD de l’hôpital Cimiez (CHU de Nice) profitent de leur présence apportant bonheur et joie aux pensionnaires, juste avant la célébration de l’office religieux où voisins du quartier et hospitaliers se retrouvent ensemble lors de l’omélie.
Pattes et corps soigneusement désinfectés pourvus d’un bandana bleu et d’un badge du Service, Maurice et Sam vivent un vrai moment d’intimité avec les malades, riches en caresses et en affection. « Leur présence réduit le sentiment d’attente pendant la préparation pour la messe » indique le Pr Patrice Brocker chef de Pôle de Gérontologie.
On dit que le chien est le meilleur ami de l’homme. C’est leur comportement particulièrement affectueux qui nous a incités à imaginer ce rendez-vous mensuel, continue le médecin, d’autant que la thérapie assistée par l’animal est un concept moderne de la prise en charge des troubles du comportement des personnes âgées. L’animal améliore la qualité de vie de la personne et participe au lien social comme médiateur car il devient le centre l’intérêt.
Des bienfaits étudiés dans le cadre de la prise en charge des patients atteints de maladie d’Alzheimer.
Depuis 2 ans, nous avons assisté à des scènes d’une immense tendresse et complicité entre  patients souffrant de la maladie d’Alzheimer et nos deux visiteurs à quatre pattes redonnent dans ce contexte de souffrance, un peu de sérénité.
Cette rencontre en l’homme et l’animal a été possible grâce à la bienveillance et à l’ouverture  d’esprit du Professeur, mais aussi grâce à leur propriétaire Mme Faye Buckey qui tous les jours apporte aux chiens l’importante dose de câlins nécessaire à leur mission.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’obésité

Elle concerne 17% des adultes en France, a des origines multiples et peut entraîner de nombreuses complications – cardiovasculaires, hépatiques, rénales, respiratoires, dermatologiques, cancers, diabète – : cette maladie, c’est l’obésité. Alors que la journée mondiale le l’obésité a eu lieu le le 4 mars, la rédaction a souhaité lui consacrer un dossier.

CHU de la Réunion, se préparer au cyclone

Au cours de la nuit du 20 au 21 février dernier, l’île de la Réunion a évité le choc qu’aurait pu causer le cyclone baptisé Freddy, finalement passé à environ 190 km de ses côtes. Face à l’alerte orange, le CHU de la Réunion a lancé son plan cyclone pour anticiper les conséquences d’une potentielle catastrophe. Retour sur les mesures mises en place.

MARADJA, une décennie à accompagner les jeunes atteints de cancers

En France, environ neuf cent adolescents (15-18 ans) et mille quatre cent jeunes adultes (18-25 ans) sont touchés chaque année par le cancer. Au CHU de Bordeaux, un lieu particulier leur est destiné, MARADJA (Maison Aquitaine Ressources pour Adolescents et Jeunes Adultes), qui fête ses dix ans. Nous y avons rencontré Lucile Auguin, traitée à vingt-trois ans pour une leucémie aiguë.

Lactarium Raymond Fourcade, la page se tourne à Bordeaux

Le 5 décembre dernier, sur le site de l’hôpital Haut-Lévêque (Pessac), était posée la première pierre du futur Lactarium Raymond Fourcade. Le projet qui sera livré l’an prochain, 1200 m2 de bâti neuf doté d’équipements dernier cri, doit venir “conforter la place du CHU de Bordeaux comme le plus important lactarium au niveau national” ; et prendre le relais de l’actuel site de production basé à Marmande (Lot-et-Garonne), en fonctionnement depuis près d’un demi-siècle et que le CHU avait acquis en 2012.