Mécénat : 260 000 € pour financer des postes et acquérir du matériel

Exigeant avec les candidats et avec lui-même, le conseil scientifique du CHU de Poitiers s'oblige à la transparence et rend publique la répartition du don contre le cancer de 260 000 euros. Cette somme provient de la collecte organisée par Sport et Collection et le Rotary Club Civray Sud Vienne lors du grand rassemblement régional de voitures prestigieuses sur le circuit du Val de Vienne, les 6 et 7 juin derniers.

Exigeant avec les candidats et avec lui-même, le conseil scientifique du CHU de Poitiers s’oblige à la transparence et rend publique la répartition du don contre le cancer de 260 000 euros. Cette somme provient de la collecte organisée par Sport et Collection et le Rotary Club Civray Sud Vienne lors du grand rassemblement régional de voitures prestigieuses sur le circuit du Val de Vienne, les 6 et 7 juin derniers.

Financement de poste pour la recherche
Afin d’optimiser l’utilisation de nouveaux équipements, le conseil scientifique a accepté le principe d’un renfort en personnel Ainsi deux postes d’attachés de recherche clinique seront renouvelés, soit un budget de 80 000 euros, réparti comme suit :
– 1 poste pour la recherche clinique en oncologie hématologique ;
– 0,5 poste pour la recherche clinique en oncologie médicale ;
– 0,5 poste pour la recherche clinique en oncologie radiothérapique.

Financement de projets de recherche
Les projets de recherche ont été sélectionnés sur quatre critères : la qualité des équipes de recherche et des publications internationales déjà obtenues, l’impact structurant du projet pour la recherche au CHU de Poitiers, son caractère innovant et la participation au continuum essentiel entre la recherche fondamentale et la recherche clinique.

Après délibérations, le conseil scientifique a décidé d’attribuer :
– 75 000 euros pour l’acquisition d’une caméra numérique dans le cadre du projet d’étude morphologique ultrastructurale des complications rénales des hémopathies lymphoïdes, présenté par le Professeur Jean-Michel Goujon ;
– 55 000 euros pour l’achat d’un microscope à fluorescence avec une station Comet manuelle dans le cadre du projet d’étude de la chimiosensibilité et de la radiosensibilité des cellules souches cancéreuses ou initiatrices de glioblastomes : nouvelles approches thérapeutiques, présenté par le Docteur Lucie Karayan-Tapon ;
– 7 200 euros pour l’acquisition d’un automate d’hybridation pour la technique de la Fish, dans le cadre du projet d’amplification de la région 8q24 et expression de gènes candidats dans le cancer de la prostate présenté par le Professeur Gaëlle Fromont-Hankard ;
– le reliquat, soit 9 425 euros, au financement d’un temps d’attaché de recherche clinique en soutien au projet du Professeur Gaëlle Fromont-Hankard.

Ces recherches feront l’objet d’une évaluation à échéance d’un an, intégrant les perspectives et les publications. Ces bilans figureront au rapport annuel portant sur l’utilisation des sommes versées et l’avancement des travaux. Ce document sera produit par la direction de la recherche et l’innovation du CHU de Poitiers et remis au Conseil scientifique.

Composition du conseil scientifique
– Professeur Norbert Ifrah, président du conseil scientifique et président de la Fédération nationale de cancérologie des hôpitaux publics ;
– Jean-Pierre Doury, président de l’association Sport et Collection ;
– Docteur Denis Bergeras, Charles Giboin et Michel Henaut, représentant l’association Sport et Collection et le Rotary Club Civray Sud Vienne ;
– Professeur René-Jean Bensadoun, chef du service d’oncologie radiothérapique ;
– Professeur François Guilhot, chef du service d’oncologie hématologique ;
– Professeur Pierre-Marie Levillain, chef du service d’anatomie et cytologie pathologiques ;
– Professeur Jean-Marc Tourani, coordonnateur du pôle cancérologie – hématologie et pathologie tissulaire et chef du service d’oncologie médicale ;
– Thierry Lefebvre, directeur général adjoint du CHU de Poitiers.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.