Médecine : des pionnières incognito !

Leurs images restent rares sur les supports de communication qui évoquent l’histoire de la médecine. Plus prolixe, Internet cite la première femme de France diplômée de la faculté de médecine de Paris (Madeleine Brès, reçue en 1875 pour une thèse sur « La mamelle et l’allaitement ») et l’unique femme médecin présente à Verdun en 14/18, Nicole Gérard-Mangin, mobilisée grâce au préjugé culturel et administratif de l’époque n’imaginant pas un seul instant qu’elle puisse être une femme ! En revanche, trouver les noms et les histoires des pionnières qui ont ouvert la voie de ces études restent une gageure. Il faut dire que le chemin n’a pas été facile pour elles, à une époque où la spécialité était considérée « par nature » inadaptée aux femmes selon le neurologue et académicien Jean Martin Charcot tel qu’il le développera dans un commentaire de thèse en 1888. Décidées à faire reconnaître leurs compétences et prêtes à se battre contre les préjugés, ces pionnières méritent d'être saluées. Re.Med.* et Réseau CHU leur rendent hommage en ce 8 mars, journée de la femme.

Leurs images restent rares sur les supports de communication qui évoquent l’histoire de la médecine. Plus prolixe, Internet cite la première femme de France diplômée de la faculté de médecine de Paris (Madeleine Brès, reçue en 1875 pour une thèse sur « La mamelle et l’allaitement ») et l’unique femme médecin présente à Verdun en 14/18, Nicole Gérard-Mangin, mobilisée grâce au préjugé culturel et administratif de l’époque n’imaginant pas un seul instant qu’elle puisse être une femme ! En revanche, trouver les noms et les histoires des pionnières qui ont ouvert la voie de ces études restent une gageure. Il faut dire que le chemin n’a pas été facile pour elles, à une époque où la spécialité était considérée  « par nature » inadaptée aux femmes selon le neurologue et académicien Jean Martin Charcot tel qu’il le développera dans un commentaire de thèse en 1888. Décidées à faire reconnaître leurs compétences et prêtes à se battre contre les préjugés, ces pionnières méritent d’être saluées. Re.Med.* et Réseau CHU leur rendent hommage en ce 8 mars, journée de la femme.
La recherche est complexe. Depuis 1868, date de l’autorisation nationale donnée aux femmes de faire des études de médecine en France (un siècle et demi…seulement), les multiples structurations des universités, les organisations et réorganisations des études de médecine, le rattachement des écoles aux facultés déjà existantes, obligent les curieux (ses) à se plonger dans d’abondantes archives universitaires et municipales. Des documents dont le classement, qui plus est, ne répond que très rarement à cette question pourtant légitime : qui sont les premières femmes médecins ? Pourtant le sujet a de l’intérêt. Ne serait-ce que parce qu’il permettrait d’éclairer autrement le milieu médical, le mettant en perspective avec l’évolution des mentalités sur l’accès des femmes au savoir et aux études supérieures, ou avec le partage des connaissances scientifiques se rapportant au corps humain. Il y a là sans doute des pistes à approfondir au-delà de la clinique pour explorer la réalité d’un milieu « misogyne » (Le Quotidien du Médecin 8.2.2018).
Quoi qu’il en soit, Re.Med.* et Réseau CHU ont recensé ces pionnières dans les diverses académies de France appuyés par la Conférence nationale des Doyens et son président Pr. Jean Sibilia.  Premier constat : la question n’est pas nouvelle puisqu’en 1900, Mélanie Linpinska, soutenait sa thèse de doctorat en médecine sur « L’histoire des femmes médecins » qui note à l’époque « Depuis 1895 le nombre des étudiantes a diminué en France sans doute lié à l’instauration d’un nouveau régime rendant l’étude de la médecine plus longue et plus difficile ». La recherche actuelle est loin d’être close**, mais en ce 8 mars 2018, il nous a paru opportun de partager quelques informations. Les prénoms de ces femmes, les thématiques de leurs travaux, évoquent à eux seuls les images d’un temps qui est seulement un hier.
Marie Ernestine Roussel : première femme médecin installée à Rouen. Cette diplômée de la faculté de l’académie de médecine de Paris en 1890, a dû rencontrer Anna Robineau, première interne titulaire à Rouen également en 1986 et prix d’Anatomie du Conseil Général.
Camille Borix : reçue à l’Ecole de Médecine de la Faculté de Montpellier en 1882 laquelle avait ouvert ses amphis aux femmes en 1868. A noter que cette Faculté créée au 12 e siècle est la plus ancienne Faculté de médecine en exercice au monde.
Denise Ponsolle : première étudiante en médecine qui s’inscrit en 1916 (elle a 22 ans) à l’Ecole préparatoire d’Angers, rattachée à la Faculté de médecine de Paris. Avant elle, toujours à Angers, Marie Reless-Rosenbann s’installe comme médecin. Elle avait été diplômée à 25 ans par la faculté de médecine de Paris.
Marie louise Chevrel : première femme interne des hôpitaux de Rennes en 1923. Elle a édité une, revue brochée « Femmes médecins » sous le signe de la déesse crétoise de la santé « Hygie ». Elle était la fille d’un dermatologue de l’Hôtel Dieu de Rennes et d’une journaliste militante féministe, Louise Bodin, appelée « La bolchévique aux Bijoux » .
Maria Daïreva : bulgare, elle est la 1ere à soutenir une thèse à la faculté de médecine de Nancy en 1899. Elle travaille avec le Pr Paul Vuillemin***, titulaire de la chaire d’histoire naturelle et mycologue qui, en opposition à Charcot déclarera à son propos : « Vous avez démontré que, par son travail et son énergie, la femme peut conquérir des droits nouveaux sans perdre aucune des qualités qui font l’honneur de son sexe. »
Laurence Verger
*La revue recherche du CHRU de Nancy prévoit de publier un numéro en juin 2018 intitulé « les femmes en recherche » qui sera en ligne sur href= »http://www.chru-nancy.fr » target= »_blank »
**Merci aux historien(ne)s et aux communicant(e)s pour leurs informations
***Percebois G. Le docteur Jean Paul Vuillemin (1861-1932). Bull Acad  Soc lorraines  Sciences 1973 ; 12 : 197-220.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.