Médecine : le modèle ambulatoire adapté à 10 spécialités

Satisfaction des patients qui disposent d’un lieu unique pour les admissions et les consultations en médecine avec des plages horaires étendues, ce qui simplifie leurs échanges avec l’hôpital. Amélioration des conditions de travail des professionnels dont l'exercice est facilité, de la pré-consultation infirmière à la visite du médecin qui se loggue instantanément de box en box, transmet en temps réel un compte rendu et dispose d’un parapheur électronique… La nouvelle clinique de médecine ambulatoire (CliMA)

Satisfaction des patients qui disposent d’un lieu unique pour les admissions et les consultations en médecine avec des plages horaires étendues, ce qui simplifie leurs échanges avec l’hôpital. Amélioration des conditions de travail des professionnels dont l’exercice est facilité, de la pré-consultation infirmière à la visite du médecin qui se loggue instantanément de box en box, transmet en temps réel un compte rendu et dispose d’un parapheur électronique…  La nouvelle clinique de médecine ambulatoire (CliMA) est un concept global où l’architecture des locaux, le support informatique et l’organisation du travail de chaque maillon de la chaîne des soins ont été élaborés simultanément et de manière complémentaire pour accroitre l’efficience, la qualité et la sécurité des prises en charge.
Un modèle du genre. Pour concevoir ce projet inédit et ambitieux, l’hôpital Edouard Hérriot s’est inspiré du process adopté en chirurgie ambulatoire. Et les résultats montrent la pertinence du nouveau dispositif qui booste l’activité des spécialités médicales. Ainsi, en néphrologie, le nombre de consultations a augmenté de 20% depuis l’arrivée de la discipline sur la CliMA.
Les 10 spécialités concernées : Endocrino-diabétologie, médecine interne, néphrologie – hypertension artérielle – dialyse, rhumatologie, immunologie clinique, médecine de la transplantation, cardiologie, hématologie, dermatologie – vénéréologie, dermatologie esthétique.
CLiMA en chiffres
– 70 médecins
– 40 paramédicaux
– 32 boxes de consultation
– 22 places d’hôpital de jour

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.