medecine news : le multimedia medical

Le nouveau site médical medecinews.com créé par Philippe Berrebi et Jean-François Lemoine (MVS-Productions) mèlera actualité, audiovisuel et radio. Un multimédia dédié au progrès médical tisse sa toile sur le net. Réseau CHU fait les présentations...

Le nouveau site médical medecinews.com créé par Philippe Berrebi et Jean-François Lemoine (MVS-Productions) mèlera actualité, audiovisuel et radio. Un multimédia dédié au progrès médical tisse sa toile sur le net. Réseau CHU fait les présentations…

Il existe plus de 3 500 sites médicaux francophones sur le WEB (et peut-être même plus), quel intérêt d’en créer un nouveau ?
Depuis vingt-cinq ans, MVS-Productions accompagne et relaie l’information médicale pour les médecins et le grand public. Nous tirons notre légitimité de cette double écriture de la médecine, de nos liens avec les sociétés savantes et des représentants de la profession. Depuis longtemps, nous avons fait le pari de l’image et, plus largement, de l’audiovisuel, pour raconter la médecine, ses enjeux, ses difficultés. A l’époque, nous étions pris pour de doux rêveurs, aujourd’hui, la synthèse de tous nos métiers pourra s’exprimer dans medecinews.com. L’un des paramètres d’appréciation des sites par les internautes, surtout si la demande est pointue, est de savoir « qui nous parle ». L’histoire, les références de l’émetteur de l’information sont, à mon sens, des éléments différenciant entre tel ou tel site. Surtout lorsqu’on s’adresse au corps médical.

Vous avez recruté des journalistes spécialisés en santé Sandrine Cabut ex Libération et Mathias Germain ex infirmier magazine, quel sera leur rôle à medecinews.com ?
Eliminer et choisir. Nous savons que les médecins sont abreuvés quotidiennement d’informations. Notre exigence est au contraire de les sélectionner pour en retenir trois ou quatre par semaine, pas plus. L’angle choisi, les éclairages apportés à travers les interviews vidéo ou audio et les liens donnent la possibilité à l’internaute de choisir la façon dont il veut entrer dans le sujet. Nous parlons médecine mais aussi de tous les sujets qui peuvent intéresser l’environnement du médecin au sens large et celui de son patient. En fait, nous voudrions avoir un rôle de trait d’union entre le médecin et son patient.
Nous avons conçu le dossier de FNC de la même façon : en partant de la réalité, c’est-à-dire d’un cas clinique tel qu’il se pose au médecin. Au lieu de décrire un examen ou de raconter la manière de pratiquer tel ou tel geste technique, nous allons le montrer en vidéo.

Quelles informations attendez-vous de la part des services de communication des CHU ?
Nous sommes évidemment à l’affût de l’information. A ce titre, le travail de communication des CHU est important dans sa fonction d’alerte. Préparé, un sujet est bien meilleur que lorsqu’il est fait à la dernière minute. Mais nous avons également une rubrique « A suivre » qui nous permet de traiter une information qui paraît sur le moment anodine mais qui risque dans les mois à venir d’avoir plus d’importance.

Comment est financé le site ?
Nous allons travailler avec des partenaires intéressés par le monde de la santé. Il y a, bien sûr, l’industrie pharmaceutique mais aussi d’autres opérateurs qui convoitent le secteur de la santé. Nous proposerons progressivement des services qui nécessiteront un engagement de la part de l’internaute.

Cela fait 6 ans que vous organisez les Victoires de la Médecine en partenariat avec les hôpitaux universitaires, de cet observatoire unique, quel regard portez-vous sur les CHU ?
Nous venons d’enregistrer une émission pour France 5 (1) inspirée des Victoires de la médecine ; une douzaine de lauréats des années précédentes ont présenté leur innovation. Toutes témoignent de la vitalité hospitalière et de la volonté des équipes d’améliorer, au sens large, les conditions de vie des malades. Ce qui me frappe, c’est que derrière les problèmes de l’hôpital, l’engagement reste intact. Il nous a fallu quelques années pour dénicher ces pépites hospitalières. Le temps, sans doute, d’acquérir aux yeux des acteurs de ce secteur, une légitimité.

(1) Diffusion sur France 5 le 27 novembre à 20h40

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.