Médecine personnalisée : scientifiques et mécènes rennais solidaires

Développer des thérapeutiques plus efficaces parce que mieux adaptées aux caractéristiques génétiques du malade et de sa maladie tel est l’enjeu de la médecine personnalisée et du projet biobanque de Rennes opérationnel à horizon 2016. Sa particularité : un financement par mécénat.
Développer des thérapeutiques plus efficaces parce que mieux adaptées aux caractéristiques génétiques du malade et de sa maladie tel est l’enjeu de la médecine personnalisée et du projet biobanque de Rennes opérationnel à horizon 2016. Sa particularité : un financement par mécénat.
1,4 million d’euros sont nécessaires à la construction et à l’équipement d’une infrastructure destinée à collecter et analyser les échantillons sanguins et tissulaires prélevés sur les patients. Etiquetés et conservés, ces échantillons constituent la biobanque ou ressources biologiques. Ils seront libérés à des fins d’analyse ou de recherche. L’analyse parallèle de la pathologie et du génome de la personne aidera à comprendre les déterminants de sa maladie, cancers, les maladies cardiovasculaires, métaboliques, neurodégénératives… ainsi que les maladies rares dites orphelines.
Cette connaissance, combinée à d’autres études scientifiques, donne aux chercheurs et praticiens la possibilité d’adapter le traitement aux caractéristiques physiologiques propres à chaque patient. Grâce à la biobanque les scientifiques pourront aussi mieux saisir pourquoi une tumeur progresse lentement alors qu’une autre est fulgurante, pourquoi un cancer récidive chez certains mais pas chez d’autres. La biobanque servira également aux chercheurs du monde entier pour des études à grande échelle afin de déterminer les facteurs de risque génétiques, environnementaux ou à établir une relation entre un cancer et les modes de vie.
La médecine de demain se décline en 4 P pour Prévention, Prédiction, Personnalisation et Participation.
 « L’objectif est qu’un jour, le plus tôt possible, les personnes atteintes d’un cancer, d’une maladie dégénérative ou rare reçoivent un traitement encore plus efficient au moment le plus opportun. Cette capacité d’agir en liant les facteurs individuels et les types de maladies, c’est la médecine personnalisée que nous souhaitons proposer aux malades que nous soignons à Rennes. » explique le Pr Karim Boudjema, Président du Comité scientifique du Fonds Nominoë-CHU de Rennes.

La biobanque rennaise est financée par de grands mécènes réunis au sein du Fonds Nominoë : Jean-Paul Legendre, Groupe Legendre ; Pierre Le Duff ; Jean-Marc Trihan, Groupe Lamotte ; Alain Le Roch, Kreizig (en cours) ; Christian Guillemot, AMA Studio ; les Notaires de la Cour d’appel de Rennes (en cours), le Crédit Agricole d’Ille-et-Vilaine (en cours). 
Le Comité scientifique du Fonds Nominoë-CHU de Renne réunit les professeurs
– Karim BOUDJEMA, chef du service de chirurgie hépatobiliaire et digestive 
– Jean-Yves GAUVRIT, chef du service de l’imagerie neurofaciale et de radiologie
– Philippe MABO, chef de service de cardiologie et maladies vasculaires 
– Sylvie ODENT, chef du service de génétique 
– Nathalie RIOUX-LECLERCQ, chef du service d’anatomie et cytologie pathologiques 
– Karin TARTE, chef du service de l’immunologie thérapie cellulaire.  
Budget
Le coût de la biobanque est estimé à 1,4 Million d’€ qui comprend
– La construction et l’aménagement d’un espace dédié sur le site de Pontchaillou : 900 k € 
– L’achat et l’installation des armoires de congélation très basse température, des systèmes informatisés de surveillance, de gestion et de traçabilité : 470 k €. 
Les délais de réalisation sont estimés à 3 ans. Par conséquent, les décaissements pour Nominoë seront de l’ordre de 470 k € /an. Seul l’investissement est à la charge de Nominoë. Le fonctionnement sera assuré par le CHU.  

En savoir plus sur du Fonds Nominoë-CHU de Rennes
Fonds de dotation régi par la loi de modernisation de l’économie (JO du 5 août 2008), le Fonds Nominoë-CHU de Rennes rassemble des mécènes et donateurs, pour financer le développement de nouvelles thérapeutiques à forte valeur ajoutée pour les patients. Utiles à de nombreuses pathologies (cancer, maladies dégénératives, maladies génétiques,…), ces projets permettront au CHU de Rennes d’offrir l’excellence médicale et le confort à ses patients. Son président est André Fritz, Directeur général du CHU de Rennes.
Les généreux donateurs peuvent se renseigner et régler en ligne sur www.fonds-nominoe.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.