Médecine régénératrice : une nouvelle application en chirurgie dentaire

Plusieurs dizaines de millions de citoyens européens sont partiellement édentés et n'ont pas suffisamment d'os maxillo-facial pour le placement d’implants dentaires. Un consortium de chercheurs européens (MAXIBONE) porté par le laboratoire Phys-Os (Université de Nantes – Inserm - CHU de Nantes) et coordonné par le professeur Pierre Layrolle*, a obtenu un financement de la commission européenne pour le développement de recherches cliniques en médecine régénératrice. Ils vont étudier la possibilité d'intégrer des cellules souches à des substituts osseux fabriqués par impression 3D à partir de scanners de patients.

Plusieurs dizaines de millions de citoyens européens sont partiellement édentés et n’ont pas suffisamment d’os maxillo-facial pour le placement d’implants dentaires. Un consortium de chercheurs européens (MAXIBONE) porté par le laboratoire Phys-Os (Université de Nantes – Inserm – CHU de Nantes) et coordonné par le professeur Pierre Layrolle*, a obtenu un financement de la commission européenne pour le développement de recherches cliniques en médecine régénératrice. Ils vont étudier la possibilité d’intégrer des cellules souches à des substituts osseux fabriqués par impression 3D à partir de scanners de patients.

Projet MAXIBONE

Les chercheurs étudient la possibilité d’une régénération osseuse maxillo-faciale à partir de cellules souches mésenchymateuses et de biomatériaux. Un essai clinique sera réalisé sur 150 patients afin d’évaluer cette nouvelle approche de médecine régénératrice par rapport à une "simple" greffe osseuse. Le recrutement des patients sera effectué dans 10 grands centres hospitaliers européens, dont le CHU de Nantes. La production des cellules souches se fera dans les instituts de transfusion sanguine allemands et français. 
Suite de REBORNE, le projet MAXIBONE permettra également la fabrication de substituts osseux  par impression 3D à partir d’images scanner de patients et leur association avec des cellules souches.
*Pierre Layrolle, directeur de recherche Inserm et coordinateur du projet, Sophie Derenne,  responsable de Atlantic BIO GMP à Saint Herblain et Alain Hoornaert,  MCU-PH au CHU de Nantes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.