Menu de Noël « étoilé » pour les aînés et leurs familles

le 17 décembre prochain, le CHU de Nice mettra une fois de plus les petits plats dans les grands pour le traditionnel repas des résidents du long séjour de l'hôpital Cimiez.

le 17 décembre prochain, le CHU de Nice mettra une fois de plus les petits plats dans les grands pour le traditionnel repas des résidents du long séjour de l’hôpital Cimiez.

Verrine de choux fleurs au foie gras, sauté d’antilope sauce Saint Hubert, bleu d’auvergne et sa confiture de figues, bûche chocolat mandarine, truffes, champagne, les personnels du service et les familles des patients sont également été conviés à partager ce moment de convivialité.

Comme chaque année, ce menu sera fabriqué par les cuisiniers et les pâtissiers du secteur restauration du CHU sous la houlette du grand chef Jean-François Issautier, restaurateur niçois, étoilé et bien connu, et avec les conseils avisés des diététiciennes qui ont su pour l’occasion faire rimer le mot nutrition avec le mot plaisir. Le service sera réalisé par les conseillers hôteliers assistés des élèves du LEP la Providence.

Ce repas marquera le début des réjouissances culinaires car la carte de Noël et du Jour de l’An sera gourmande cette année encore pour les patients et les personnels du CHU de Nice.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.