Athérosclérose : des médecins du CHU publient des recommandations Américaines

Belle distinction pour le limousin : 4 médecins du CHU de Limoges avaient organisé en 2009 une réunion internationale pour établir des recommandations sur la standardisation du diagnostic de l’artériopathie des membres inférieurs à partir de la mesure des pressions artérielles à la cheville. Ces consignes, relayées par la société américaine de cardiologie, ces recommandations viennent d’être publiées et font office de référence internationale.

Belle distinction pour le limousin : 4 médecins du CHU de Limoges avaient organisé en 2009 une réunion internationale pour établir des recommandations sur la standardisation du diagnostic de l’artériopathie des membres inférieurs à partir de la mesure des pressions artérielles à la cheville. Ces consignes, relayées par la société américaine de cardiologie, ces recommandations viennent d’être publiées et font office de référence internationale.
La mesure des pressions artérielles au niveau des chevilles et le rapport de ces dernières sur les pressions humérales (IPS) permettent de dépister l’atteinte des artères des membres inférieurs par l’athérosclérose. Cette atteinte est fréquente ; elle concerne plus 15 % de la population au delà de 70 ans, soit plus 17 000 limousins. C’est la même maladie qui altère les artères qui vascularisent le cœur et le cerveau. La localisation au niveau des membres permet d’identifier les sujets qui présentent un risque élevé de développer des complications cardio-vasculaires. Dans les formes majeures les artères s’occluent avec constitution d’un infarctus, d’un accident vasculaire cérébral ou d’une gangrène. La maladie évolue longtemps à bas bruit et est souvent méconnue. Il est donc capital de dépister cette maladie tant pour adopter des mesures de prévention au niveau des membres qu’au niveau général afin d’éviter les manifestations graves.
La mesure de l’IPS permet ce dépistage mais cette dernière souffrait d’une grande hétérogénéité de méthode. Les techniques de mesure et de calcul fluctuaient suivant les médecins d’ou la nécessité d’adopter une norme internationale qui permette tant de classer correctement les sujets à risque afin qu’ils puissent bénéficier des mesures préventives nécessaires, que de pouvoir comparer les résultats des différentes études dans le domaine de la recherche.  L’incidence est  majeure en termes de santé publique et d’économie de santé, puisque selon la méthode choisie, la fréquence de cette maladie pouvait être estimée du simple au triple !
Les équipes de médecine vasculaire, de cardiologie et d’épidémiologie du CHU et de la Faculté de Médecine  de Limoges sont reconnues internationalement et publient depuis plus de 10 ans sur le sujet. C’est la raison pour laquelle 4 médecins limougeauds (Pr Victor Aboyans, Pr Philippe Lacroix, Dr Benoit Marin, Pr Pierre-Marie Preux) ont organisé en 2009 une conférence de consensus internationale sur ce thème en limousin. Des experts européens (Allemagne, Grande Bretagne, Pays Bas, Suède) et nord-américains se sont réunis durant 3 jours pour établir un document de recommandation établi à partir d’une analyse des données scientifiques disponibles. La valeur des travaux de cette conférence a été reconnue par l’American Heart Association (la société des cardiologues américains), qui a sollicité le même groupe pour rédiger ses recommandations. Au bout de trois années de travail, ces recommandations viennent d’être publiées dans « Circulation », la première revue mondiale de cardiologie. Ces recommandations « made in Limoges » servent désormais de méthode universelle de référence pour la mesure de l’IPS. Elles permettront également la reproductibilité des études.
En savoir plus : href= »http://circ.ahajournals.org/content/126/24/2890.full » target= »_blank »
Contact presse
Maïté Belacel, Chargée de communication, CHU de Limoges
05 55 05 63 51 – maite.belacel@chu-limoges.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.