Métabolisme du calcium et du phosphore : nouveau centre de référence

Le 3 mai 2007, le ministère de la santé et des solidarités publiait un arrêté officialisant la création d'un centre de référence pour les maladies rares du métabolisme du calcium et du phosphore de l'enfant au CHU de Limoges. Une reconnaissance et un aboutissement pour les professionnels qui travaillent depuis près de 10 ans sur ce sujet.

Le 3 mai 2007, le ministère de la santé et des solidarités publiait un arrêté officialisant la création d’un centre de référence pour les maladies rares du métabolisme du calcium et du phosphore de l’enfant au CHU de Limoges. Une reconnaissance et un aboutissement pour les professionnels qui travaillent depuis près de 10 ans sur ce sujet.

En 1998, Anne Lienhardt-Roussie prépare son agrégation de Pédiatrie à la faculté de médecine et pharmacie de Limoges quand elle prend en charge une famille atteinte d’hypocalcémie de transmission dominante ; son intérêt pour ces anomalies du calcium l’amène à développer en France et en Europe l’étude de certains gènes impliqués dans ces anomalies et en permettre alors plus facilement le diagnostic moléculaire.

Car si les maladies du métabolisme phosphocalcique de l’enfant sont des maladies rares, pour la plupart génétiques, elles sont encore généralement peu ou mal connues.

Calcium et phosphore sont 2 ions indispensables à la vie quotidienne qui, déficients ou en excès, ouvrent sur un champs de pathologies extrêmement variées :
Le manque de calcium ou hypocalcémie (qui peut se traduire par des convulsions, des états de fatigue, des crampes musculaires…), l’excès de calcium ou hyper calcémie (qui peut être gravissime chez le nouveau-né puis provoque vomissements et anorexie chez l’enfant plus grand voire un retard du développement intellectuel), le manque de phosphore ou hypo-phosphatémie (entraînant troubles de la croissance, déformations osseuses, principalement chez l’enfant, une pseudo myopathie …), un excès de phosphore ou hyperphosphatasie (responsable de troubles du rythme cardiaque, d’insuffisance rénale…), l’excrétion urinaire excessive de calcium ou hyper calciurie (cause de calculs voire d’insuffisance rénale).

Il existe bien des traitements médicamenteux symptomatiques pour enrayer ces symptômes, mais ceux-ci ne guérissent pas la maladie, et peuvent parfois avoir des conséquences graves s’ils sont mal adaptés ou mal contrôlés.

Des centres coordonnés
Du fait de la rareté des toutes ces pathologies et de leur grande variabilité clinique, diagnostic moléculaire, traitement, prise en charge des patients nécessitent donc une expertise particulière et une coordination sur le plan national de l’ensemble des médecins compétents. La coordination des 4 centres français référents aujourd’hui (Limoges, Paris, Rouen, Toulouse) est à présent assurée en collégialité par Paris et Limoges.

Leur objectif est de :
– faciliter l’accès au diagnostic et au soin ;
– monter des référentiels de diagnostique et de thérapeutique nationaux ;
– créer des unités de consultation.

Le site Limousin développé grâce au Pr Anne Lienhardt-Roussie (par ailleurs membre du CAP*), a un domaine d’excellence dans les dysfonctionnements du récepteur calcium de l’enfant et s’appuie sur le savoir-faire en biologie moléculaire de l’équipe du Pr Michel Rigaud au sein du CHU de Limoges équipe qui a une reconnaissance nationale et européenne en terme de demandes d’analyses.

Cette labellisation ministérielle du centre de référence de Limoges accorde donc une reconnaissance forte à son équipe mais représente aussi un espoir d’avoir de nouveaux financements pour poursuivre et développer ses actions.

* CAP : groupe d’étude du métabolisme du CAlcium en Pédiatrie, affilié à la Société Française de Pédiatrie.

Contacts
Coordinateurs nationaux :
– Pr Lienhardt- Roussie, hôpital de la mère et de l’enfant, CHU Limoges
05 55 05 63 58
– Pr Linglart, hôpital Saint Vincent de Paul, Paris
01 58 41 41 41

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.