Sida : fin de l’épidémie en 2030 dans les Alpes ?

Malgré de nouvelles contaminations tous les ans dans les Alpes, il est aujourd’hui possible d’envisager la fin de l’épidémie de sida pour 2030. C'est l'ambition affichée du Corevih Arc Alpin et de son président, le Professeur Olivier Épaulard, infectiologue au CHU Grenoble Alpes.

Malgré de nouvelles contaminations tous les ans dans les Alpes, il est aujourd’hui possible d’envisager la fin de l’épidémie de sida pour 2030. C’est l’ambition affichée du Corevih Arc Alpin et de son président, le Professeur Olivier Épaulard, infectiologue au CHU Grenoble Alpes.
"Audacieux mais pas impossible" soulignent le Corevih Arc Alpin et son président, le Professeur Olivier Épaulard, infectiologue au CHU Grenoble Alpes (CHUGA).  "Au niveau national, 130 000 personnes sont infectées par le VIH, et 6 000 personnes sont dépistées tous les ans. Sur le bassin de l’arc alpin, 2 600 personnes porteuses du VIH sont suivies, tandis qu’on estime à environ 400 personnes celles qui ne sont pas encore dépistées. En 2016, 77 nouvelles personnes ont été dépistées et prise en charge par le Corevih Arc Alpin (25 en Isère, 24 en Savoie, 28 en Haute-Savoie)" explique le Pr Olivier Epaulard. Et le médecin infectiologue de poursuivre:"Il est donc indispensable tant de renforcer encore la prévention et notamment auprès des personnes à risque que d’améliorer la prise en charge des patients".
Et si les chiffres sont relativement stables sur les dernières années, le Corevih Arc Alpin estime que la fin de l’épidémie du sida dans les Alpes en 2030 est un défi possible à relever, et ce pour plusieurs raison :
·Les traitements sont plus simples à prendre, ils permettent à toute personne traitée d’éviter le stade SIDA ;
· La durée de vie des personnes vivant avec le VIH s’allonge (rejoignant celle de la population générale) ;
· Les personnes traitées ne sont plus contagieuses après quelques mois ;
· Des moyens divers et combinés existent aujourd’hui pour s’en protéger – notamment les préservatifs et la mise à disposition du traitement préventif (PrEP) pour les personnes exposées.
Dans les faits, les acteurs du Corevih Arc Alpin s’engagent à :
· dépister toutes les personnes infectées ;
· traiter chacune d’entre eux/elles, afin d’éviter qu’il/elle n’évolue en stade SIDA ;
· stopper du même coup la survenue de nouveaux cas, puisque le traitement fait disparaître la contagiosité ;
· développer encore la prévention, dont la PrEP, pour éviter également tout nouveau cas ;
· et enfin faire disparaître toute discrimination envers les personnes vivant avec le VIH.
Et le Professeur Olivier Epaulard de conclure : "Zéro nouveau cas d’infection ; zéro cas de SIDA ; et zéro discrimination envers les personnes infectées en 2030. Ensemble, nous pouvons faire de ces objectifs ambitieux une réalité, chacun à notre niveau"
En savoir plus sur le Corevih Arc Alpin
Créée en 2008, le Corevih Arc Alpin est une organisation territoriale de référence pour l’ensemble des acteurs qui concourent à la lutte contre les Infections Sexuellement Transmissibles et le VIH dans les départements de l’Isère, la Savoie et la Haute-Savoie. Sous la tutelle de l’Agence Régionale de Santé Auvergne Rhône-Alpes, le Corevih Arc Alpin travaille à la prise en charge médicale, psychologique et sociale des patients infectés par le VIH.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.