MICI : 1ère clinique virtuelle à Nancy

A Nancy, près de 400 patients souffrant de Maladies Inflammatoires Chroniques Intestinales (MICI) bénéficient désormais d’une surveillance rapprochée de leurs symptômes par le biais de consultations virtuelles. Ils peuvent aussi acquérir une meilleure connaissance de leur pathologie en suivant le programme d’Education Thérapeutique* coordonné par une infirmière, Muriel Veltin. L’importance de cette patientèle fait de Nancy un acteur phare des nouvelles pratiques de soins qui conjuguent télé-médecine et implication du patient.
A Nancy, près de 400 patients souffrant de Maladies Inflammatoires Chroniques Intestinales (MICI) bénéficient désormais d’une surveillance rapprochée de leurs symptômes par le biais de consultations virtuelles. Ils peuvent aussi acquérir une meilleure connaissance de leur pathologie en suivant le programme d’Education Thérapeutique* coordonné par une infirmière, Muriel Veltin. L’importance de cette patientèle fait de Nancy un acteur phare des nouvelles pratiques de soins qui conjuguent télé-médecine et implication du patient.

Jusque-là les patients étaient vus par les médecins en moyenne tous les 6 mois, un rythme inadapté en regard des possibilités à distance. Grâce au partenariat avec MICILOR, réseau lorrain des Maladies Inflammatoires Chroniques Intestinales, présidé par le Pr Laurent Peyrin Biroulet, et au soutien de l’hôpital, une infirmière d’Education Thérapeutique dédiée aux MICI forme les patients au fonctionnement d’un test diagnostique et à ses enjeux en termes d’autonomie et de responsabilisation. 
Près de 400 patients formés à l’ETP sur les MICI depuis 2016 au CHRU de Nancy : de loin, le plus gros programme d’ETP en France. 
Le suivi à domicile passe par cet outil diagnostique (vendu en pharmacie autour de 50 € non remboursés) qui évite les coloscopies à répétition, en mesurant la « calprotectine fécale », une protéine révélatrice d’inflammation intestinale. Classiquement, après prélèvement d’un échantillon de selles, le patient l’envoie pour analyse dans un laboratoire qui transmet les résultats au service. Aujourd’hui, grâce à l’application « IB Doc », téléchargeable sur son téléphone portable, le patient change de statut, il devient acteur de sa pathologie : l’analyse de l’échantillon apparaît sous la forme de code couleur et de résultats quantitatifs qu’il scanne et transmet instantanément à l’infirmière coordinatrice via un email dédié relayé au médecin. Ainsi, au quotidien, toute alerte intestinale sur un patient peut être détectée précocement et, si nécessaire, susciter une consultation. 
Le système en place depuis janvier 2019 bénéficie à une trentaine de patients par ailleurs sollicités pour répondre à un questionnaire de satisfaction. Globalement la demande des patients pour être acteurs de leur prise en charge est forte : ils y gagnent en maturité et cassent les codes traditionnels de l’assistance médicale. Ainsi, 245 patients atteints de MICI ont été formés à Nancy à l’auto injection sous cutanée. Suivant cette tendance, une hotline a été ouverte dans le service du CHRU accessible désormais par téléphone ou email du lundi au vendredi de 9 à 17 heures. En moyenne, 4 appels quotidiens sont recensés et une réponse est donnée dans les 24 heures soit à distance, soit de visu si la situation l’impose. Force est de constater qu’avec cet outil les patients se sont auto régulés, sans doute rassurés par le dispositif. 

Parallèlement, les professionnels de santé du service d’Hépato-Gastro-Entérologie de Nancy expérimentent l’usage d’autres outils virtuels comme, en amont de la consultation, le remplissage via un téléphone portable d’un questionnaire personnalisé au contenu éphémère. Le médecin prend ainsi directement connaissance d’un ensemble d’informations (symptômes, examens, contexte de vie, etc.) sur le malade en évitant toutes les procédures chronophages de login ou autres codes d’accès. Ces nouveaux échanges patient/praticien font évoluer l’entretien singulier et la prise en charge des patients avec une MICI vers une communication responsable entre partenaires.

Contact presse : Laurence Verger – communication recherche & culture – l.verger@chru-nancy.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.