Mission en Haïti après le passage des 3 cyclones

Début septembre 2008 trois cyclones successifs se sont abattus sur Haïti provoquant une catastrophe naturelle sans précédent dans une île aux infrastructures déjà fragilisées. La communauté internationale s'est mobilisée. Les soutiens vinrent d'abord des structures les plus proches du pays. Le CHU de Fort-de-France, partenaire privilégié, a immédiatement dépêché sur place une équipe et des moyens logistiques.

Début septembre 2008 trois cyclones successifs se sont abattus sur Haïti provoquant une catastrophe naturelle sans précédent dans une île aux infrastructures déjà fragilisées. La communauté internationale s’est mobilisée. Les soutiens vinrent d’abord des structures les plus proches du pays. Le CHU de Fort-de-France, partenaire privilégié, a immédiatement dépêché sur place une équipe et des moyens logistiques.

Le Dr Stéphane Malbranque, Praticien Hospitalier en médecine légale au CHU de Fort-de-France, Hôpital Pierre Zobda Quitman, a effectué durant neuf jours dans les villes de Cabaret et de Gonaives (HAÏTI) dès le 06 septembre, une mission de soutien et coordination des secours à la demande de l’Organisation Panaméricaine de la Santé (OPS), branche de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) pour la région Caraïbes. Une aventure humaine et professionnelle très dense.

Riche de sa formation en médecine de catastrophe et de l’expérience de missions précédentes (cyclone Ivan à la Grenade, crash aérien du Vénézuéla), l’Organisation Panaméricaine de la Santé (OPS) a sollicité sa présence sur place afin de gérer au mieux les victimes décédées. Son rôle a essentiellement consisté à recueillir le plus précisément possible les corps (avec « relevage » si besoin de ceux-ci), à organiser les identifications visuelles par les survivants et à conseiller pour les inhumations afin d’éviter les risques sanitaires liés aux corps en décomposition. Tout ceci en collaboration étroite avec les autorités sanitaires et les magistrats locaux.

Dans un deuxième temps, le Dr Stéphane Malbranque a également coordonné les actions de soins de l’ensemble des partenaires de santé (notamment les ONG), la gestion et la distribution des dons de médicaments pour les centres de santé de la région de l’Artibonite, sans oublier les centres de réfugiés, les orphelinats et …la prison où sévit la tuberculose et de nombreuses pathologies infectieuses. Sa mission comprenait également la prévention des risques sanitaires (paludisme, fièvre typhoïde…) pour les sinistrés estimés à 350 000 personnes.

Chaque mission de secours et de soutien à l’étranger est différente ; chacune réclame compétence, efficacité et adaptation à un monde autre, parfois déroutant. « Pour poursuivre un engagement lucide, il faut dès le retour évaluer ce qui a été fait… et c’est une invitation à la modestie ! … témoigner de ce qui a été vu : courage, dignité et violence mêlés, et chercher un sens à la mission – qui dépasse le cadre strictement médico-légal – par une remise en cause de soi-même. Une autre manière de progresser… » commente le Dr Stéphane Malbranque.

A gauche le Dr Stéphane Malbranque , Consultant OPS/OMS; au centre : Orcel MARDY, Logisticien OPS/OMS, à droite le Dr Jean-Philippe BREUX, Epidémiologiste à l’OPS.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.