Mission « mains propres » au CHU de Nantes

Le Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports fait la promotion de l'hygiène des mains au sein de tous les établissements de santé du territoire à travers une journée nationale sur l'hygiène des mains, programmée le vendredi 23 mai 2008, et nommée « Mission mains propres ».

Le Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports fait la promotion de l’hygiène des mains au sein de tous les établissements de santé du territoire à travers une journée nationale sur l’hygiène des mains, programmée le vendredi 23 mai 2008, et nommée « Mission mains propres ».

L’hygiène des mains tient une part indiscutable dans le dispositif de lutte contre les infections nosocomiales et plus particulièrement dans la gestion du risque infectieux lié à la transmission manuportée, première cause des infections associées aux soins.

Les cinq enquêtes de prévalence réalisées sur le CHU de Nantes, depuis 10 ans, ont montré une baisse significative du taux d’infections nosocomiales (-34% entre 1996 et 2006), reflétant le dynamisme et l’implication des personnels soignants du CHU dans la gestion du risque infectieux, en particulier dans le domaine de l’hygiène des mains et la réalisation de friction hydro-alcoolique (FHA).

La FHA est la technique d’hygiène des mains priorisée en situation de soins (établissements de santé, exercice libéral, domicile, urgence extra-hospitalière). Elle se pratique à l’aide d’un produit hydro-alcoolique, en remplacement du lavage des mains.

Un des indicateur de la qualité de la gestion du risque infectieux dans les établissements de soins, rendu public annuellement, est l’indicateur de consommation de solution hydro-alcoolique (ICSHA). Il classe les établissements de santé en quatre catégories (de la classe A, la meilleure, à D) en fonction de leur volume de produit hydro-alcoolique consommé, au regard de leur activité.
Les résultats de l’ICSHA 2006, rendu publics en janvier 2008, placent le CHU de Nantes en classe de performance B (25% des CHU en classe A et B).

Parallèlement à l’augmentation de la consommation de produits hydro-alcooliques, et à sa bonne utilisation, de nombreuses études ont observé une diminution du nombre d’infections nosocomiales et de bactéries multi-résistantes. Ces multiples expériences d’observation concomitante de l’augmentation de la consommation de PHA et de la baisse de la fréquence des infections participent au faisceau d’arguments en faveur d’une relation causale entre cette stratégie d’hygiène des mains et son impact sur la maîtrise du risque infectieux

Aussi, le 23 mai, le CHU de Nantes, s’associe à la journée nationale « mission mains propres » par le biais de son équipe opérationnelle d’hygiène, sous l’égide du comité de lutte contre les infections nosocomiales (CLIN). Des ateliers pédagogiques promoteurs de l’hygiène des mains sont organisés au sein du CHU, à destination des professionnels.

Par ailleurs, 4 000 flyers faisant la promotion des produits hydro-alcooliques seront distribués aux patients hospitalisés. Ceci dans le but de favoriser le dialogue avec les professionnels de santé autour de l’importance de l’hygiène des mains dans la prévention des infections nosocomiales.

Contact : Anne Claire Guille des Buttes, cadre de santé de l’équipe opérationnelle d’hygiène au 02 40 08 45 27

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.