Modernisation de l’hôpital Edouard Herriot : permis autorisé

Le Préfet du Rhône vient d’autoriser les Hospices Civils de Lyon à lancer le grand chantier de modernisation de l’hôpital Edouard Herriot. Le permis accordé concerne la démolition de l’actuel pavillon H, la restauration de la galerie G et la construction du nouveau pavillon H. La demande avait été déposée le 30 juillet 2013.

Le Préfet du Rhône vient d’autoriser les Hospices Civils de Lyon à lancer le grand chantier de modernisation de l’hôpital Edouard Herriot. Le permis accordé concerne la démolition de l’actuel pavillon H, la restauration de la galerie G et la construction du nouveau pavillon H. La demande avait été déposée le 30 juillet 2013.

Cette nouvelle étape dans la modernisation fait suite à l’octroi d’une enveloppe de 40 millions d’euros au titre de soutien exceptionnel de l’Etat
; une annonce faite le 26 novembre 2013 par la Ministre de la Santé. Les autres sources de financement étant : la Ville de Lyon à hauteur de 20 M€, le Grand Lyon 20 M€ et les HCL 40 M€.
Actuellement, les Hospices Civils de Lyon poursuivent les études préalables aux travaux du nouveau bâtiment et effectuent les opérations intermédiaires, préalable nécessaire avant le déménagement des services concernés par la démolition du pavillon H prévu au 1er trimestre 2015.

Débutera alors la destruction du pavillon H actuel qui s’achèvera fin août 2015.
La construction du nouveau bâtiment sera lancée au 3ème trimestre 2015 pour une livraison prévue à l’automne 2017.

« L’obtention du permis de démolir et de construire est une nouvelle étape qui concrétise encore davantage le projet de modernisation de l’hôpital Edouard Herriot et qui réjouit l’ensemble de la communauté hospitalière » déclare Dominique Deroubaix, directeur général des Hospices Civils de Lyon.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.