Addiction : deux programmes novateurs pour arrêter de fumer

Le service d’addictologie du CHU Dijon Bourgogne propose aux fumeurs, en plus des solutions traditionnelles, deux traitements innovants qui permettent l’arrêt définitif de la cigarette.

Patchs, gommes, traitement médicamenteux… Certains fumeurs ont beau essayer, impossible de lâcher la cigarette. Mais ont-ils vraiment tout essayé ? Alors que le Mois sans tabac prend ses quartiers en novembre pour la septième année consécutive, le service d’addictologie du CHU de Dijon Bourgogne souhaite précisément s’adresser à cette catégorie de la population pour qui il est difficile d’arrêter de fumer en suivant les stratégies traditionnelles.

Concrètement, cette réponse se traduit par deux études cliniques. La première consiste, selon le service d’addictologie du CHU, à injecter des extraits de tabac dépourvus de nicotine sous la peau. L’objectif : provoquer une réaction immunitaire de l’organisme afin de rejeter le tabac, ce qui doit réduire l’envie de fumer. Le patient fumeur se voit ainsi administrer deux doses à une semaine d’intervalle. Et s’il ressent toujours l’envie de « s’en griller une » au bout de quinze jours, la prise en charge est renforcée par l’ajout de substituts nicotiniques et de deux injections complémentaires.

 Cet essai clinique, présenté comme innovant et mené par la société NFL Biosciences, ne se déroule pas qu’au seul CHU de Dijon (qui a déjà inclus cinq participants depuis le mois de septembre). Sept autres hôpitaux en France sont concernés.  

Un traitement par stimulation cérébrale 

Parallèlement, le service d’addictologie participe également à une étude intitulée « TabacStim 3 ». Ici, le principe consiste à délivrer des stimulations cérébrales sur la région préfrontale, identifiée comme le siège du « craving« , c’est-à-dire le besoin irrépressible de consommer. Le traitement, « sans risque et de courte durée » s’étale sur une dizaine de séances d’une quinzaine de minutes chacune. Suffisant pour arrêter le tabac et, selon le professeur Benoît Trojak, chef du service d’addictologie, pour « limiter fortement le risque de rechute ».

Innovants et efficaces, ces programmes ne nécessitent pas d'hospitalisation. Crédit Photo : CHU de Dijon Bourgogne

Une dernière observation qui vaut d’ailleurs pour les deux programmes, ces derniers présentant un autre avantage, celui de ne pas nécessiter d’hospitalisation. “Le patient est accueilli dans le service en ambulatoire, il peut rentrer chez lui sitôt l’injection réalisée ou la séance de stimulation terminée, et reprendre sa vie normale.

La rédaction avec le CHU de Dijon Bourgogne 

INFOS UTILES

Pour participer à ces programmes : 03 80 29 57 27 / 03 80 29 14 46

recherche.addictologie@chu-dijon.fr 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.

Sur la voie durable

La semaine européenne du développement durable, qui s’est étendue du 19 septembre au 8 octobre, a été l’occasion pour le secteur de la santé de communiquer sur les enjeux de transition énergétique et écologique dans les établissements. Les CHU n’ont pas raté l’occasion de s’afficher en acteurs vertueux, et ce au travers d’un dossier qui rassemble des initiatives de développement durable dans vingt-huit d’entre eux. A travers sa série vidéo La voie durable, composée de sept épisodes, Réseau CHU revient sur ces actions dont la promotion commune est peut-être le signe d’une volonté d’engagement plus forte et systémique.