« Mon bracelet c’est ma sécurité »

Une sécurité renforcée grâce à la généralisation du port du bracelet d’identification des patients. Déjà systématique au bloc opératoire et pour les nouveau-nés et leur mère, le port du bracelet d’identité des patients sera généralisé à l’ensemble des services du CHU de Nîmes à partir du 16 octobre 2012.

Une sécurité renforcée grâce à la généralisation du port du bracelet d’identification des patients. Déjà systématique au bloc opératoire et pour les nouveau-nés et leur mère, le port du bracelet d’identité des patients sera généralisé à l’ensemble des services du CHU de Nîmes à partir du 16 octobre 2012.

Lors de la procédure d’admission chaque personne se verra remettre son bracelet d’identification étanche et inviolable. Il sera positionné par l’infirmier à l’arrivée dans le service de soins. Tous les patients hospitalisés – compris aux urgences et en ambulatoire- sont concerné sauf les résidents des Etablissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (Serre cavalier et Ruffi) et la Psychiatrie. Ce dispositif a fait l’objet d’une enquête et d’une phase d’évaluation très encourageante. La quasi-totalité des patients (97,6%) a accepté le port du bracelet et souhaité sa généralisation de même que les soignants (93%). En pratique, le soignant dispose d’une assurance supplémentaire pour l’identification du patient effectuée avant chaque soin. Grâce à lui, le personnel peut identifier un patient confus ou même perdu au sein des couloirs de l’hôpital. Certains services comme la Médecine gériatrique ou la Cardiologie ont été pilotes sur le projet car les patients hospitalisés sont souvent dans l’impossibilité de décliner leur identité de manière fiable soit en raison de leur âge ou de leur pathologie.

Le bon soin pour le bon patient
Cette mesure s’intègre dans un dispositif bien plus large de sécurité par l’identification du patient qui concourt au bon déroulement de la prise en charge de celui-ci. Il constitue une sécurité supplémentaire mais ne se suffit pas à lui seul. Il ne remplace en aucun cas le professionnel dans sa pratique et la relation de confiance  établie entre le soignant et le soigné.

A l’hôpital bien s’identifier, c’est assurer sa sécurité 
La prise en charge à l’hôpital a considérablement évolué ces dernières années. Le parcours du patient est aujourd’hui rythmé par l’intervention d’une multiplicité d’acteurs administratifs, soignants et médicaux. Le nombre de patients augmente et ce flux croissant implique des garanties d’identification toujours plus drastiques comme le préconisent les instances nationales, la Haute autorité de santé, et les assureurs en responsabilité civile. Ces recommandations ont conduit le CHU de NIMES à renforcer sa vigilance en matière d’identification.

Une identification fiable et unique de l’arrivée du patient jusqu’à sa sortie de l’établissement et tout au long de son parcours de soin 
Pourquoi est-ce si important ? D’abord pour éviter une confusion entre deux patients ce qui pourrait être gravement préjudiciable à sa santé. Puis, pour garantir une prise en charge optimum en permettant à tous les professionnels habilités d’accéder aux informations portées dans le dossier du bon patient et d’enrichir son dossier des informations adéquates.
Pour assurer une bonne identification lors d’une consultation ou d’une hospitalisation, il est indispensable de présenter une carte d’identité, un passeport ou un titre de séjour. Il faut rappeler que la présence d’un patient dans un lieu hospitalier comme toutes les informations le concernant sont strictement confidentielles et protégées par la loi. De plus, les informations de la carte d’identité sont utilisées pour la création des étiquettes d’identification et du bracelet. Elles sont importantes dans la démarche d’identito-vigilance et doivent être conformes aux documents.
Etiquettes et bracelet accompagnent le patient durant tout son séjour et lui garantissent une prise en charge fiable et de qualité.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.