Mon poème préféré exposé … à l’hôpital !

A l'occasion du Printemps des Poètes 2009, le CHU de Nîmes a demandé à son personnel soignant et aux patients de l'établissement de proposer des poèmes leur tenant à coeur. Depuis 2 semaines, dans le Hall de Carémeau Sud, le personnel, les patients et leur famille peuvent découvrir 30 kakémonos de 2 m de hauteur sur lesquels sont inscrits les poèmes d'auteurs qu'ils ont choisis.

A l’occasion du Printemps des Poètes 2009, le CHU de Nîmes a demandé à son personnel soignant et aux patients de l’établissement de proposer des poèmes leur tenant à coeur. Depuis 2 semaines, dans le Hall de Carémeau Sud, le personnel, les patients et leur famille peuvent découvrir 30 kakémonos de 2 m de hauteur sur lesquels sont inscrits les poèmes d’auteurs qu’ils ont choisis.

Parmi les 30 poèmes préférés on retrouve :
Liberté de Paul Eluard
La mort, l’amour et la vie de paul Eluard
L’étoile a pleuré rose d’Arthur Rimbaud
L’orage de Georges Brassens
Trois allumettes de Jacques Prévert
Credo de Lucien Jacques
Le dromadaire de Guillaume Apollinaire
L’albatros de Baudelaire
Impromptu d’Alfred de Musset

Apporter aux patients du CHU et à leur famille de meilleures conditions d’accueil, rendre plus humain le milieu hospitalier, leur offrir un moment de réflexion grâce à la poésie et favoriser une ouverture sur la cité face à ces kakémonos, tels sont les buts de cette exposition de poèmes.

L’exposition est itinérante et sera ensuite installée aux Centres de Gérontologie Serre Cavalier et Ruffi du CHU, puis à l’Hôpital de Soins de Suite et de Rééducation du Grau-du-Roi pour qu’à leur tour, les résidents de ces lieux d’hospitalisation de longue durée, puissent également bénéficier de cette parenthèse de poésie.

Ouvrir l’hôpital sur la cité, prendre globalement en charge la personne hospitalisée, participer à une meilleure qualité de vie du patient, partager des instants d’émotion et de plaisir… autant de vertus reconnues à la médiation artistique et culturelle.

Par une politique culturelle dynamique, le CHU de Nîmes encourage la présence de l’art à l’hôpital au travers d’expositions (exposition de bois de Vincent Lajarige en 2008) et l’accueil d’associations au sein de ses différents services (théâtre et clowns en pédiatrie, contes en gériatrie…).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.