Monoxyde de carbone : trop d’accidents liés au chauffage alerte le CHU

Le retour du froid marque celui des accidents liés au chauffage prévient le Dr Andréas Kauert médecin responsable de l’unité de Traitement par Oxygène Hyperbare du CHU de Nice*. En 2011, 44 victimes, âgées de 4 mois à 89 ans ont été traitées dans son service, en chambre hyperbare à l’hôpital Pasteur. Première cause d'empoisonnement mortel l'intoxication au monoxyde de carbone connaît chaque année un pic de janvier à avril.

Le retour du froid marque celui des accidents liés au chauffage prévient le Dr Andréas Kauert médecin responsable de l’unité de Traitement par Oxygène Hyperbare du CHU de Nice*. En 2011, 44 victimes, âgées de 4 mois à 89 ans ont été traitées dans son service, en chambre hyperbare à l’hôpital Pasteur.  Première cause d’empoisonnement mortel l’intoxication au monoxyde de carbone connaît chaque année un pic de janvier à avril. 
35 victimes ont été transportées par le Samu 06 et 9 ont été admises en provenance d’un service d’urgences des hôpitaux St Roch, Fréjus, Monaco. 9 ont été victimes d’intoxications  individuelles et 35 victimes intoxications collectives. 25 sont retournées à leur domicile après traitement Hyperbare ; 19 ont été hospitalisées après traitement.
Les origines des intoxications se répartissent entre : chaudière 21 cas ; feu d’appartement 15 cas ; brasero en intérieur 5 cas ; groupe électrogène 2 cas ; moteur essence 1 cas.
L’inhalation d’un gaz particulièrement toxique, le monoxyde de carbone (CO) issu de la combustion des matières organiques dans des conditions d’apport insuffisant en oxygène, entraîne une intoxication. Les symptômes de l’intoxication légère sont des maux de tête, des vertiges, et des manifestations grippales… Incolore, inodore, insipide et non irritant, ce gaz est difficile à détecter pour les personnes exposées.
Conseils : vérifiez que les ventilations de vos pièces ne soient pas obturées ; entretenez vos chauffages et en particulier cuisinières à bois, à charbon, à gaz ou à fioul, chauffages mobiles d’appoint, chauffe-eau et chauffe-bain, inserts de cheminées, poêles, vétusté des appareils…
*Pôle Neurosciences, chef de Pôle Pr Claude Desnuelle

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.