Montpellier 2015 avec confiance et enthousiasme

En 2014, le CHRU de Montpellier a retrouvé l’équilibre budgétaire, augmenté son activité tout en poursuivant sa modernisation. « Un exercice délicat mais un bilan positif qui permet au CHRU d’envisager sereinement son avenir » s’est réjoui Philippe Domy, directeur général lors de la cérémonie des vœux du vendredi 16 janvier 2015.

En 2014, le CHRU de Montpellier a retrouvé l’équilibre budgétaire, augmenté son activité tout en poursuivant sa modernisation. « Un exercice délicat mais un bilan positif qui permet au CHRU d’envisager sereinement son avenir » s’est réjoui Philippe Domy, directeur général lors de la cérémonie des vœux du vendredi 16 janvier 2015.
En 2014, le CHRU de Montpellier a finalisé son contrat de performance, signé en 2012 avec l’Agence Nationale d’Appui à la Performance et l’Agence Régionale de Santé Languedoc‐Roussillon. L’établissement a redressé sa situation financière. Il a totalement épongé son déficit structurel de plus de 21 M€ et amélioré son résultat structurel de plus de 18 M€ en 20 mois. « Ce résultat exceptionnel a été rendu possible par l’implication très forte de toutes les équipes de l’établissement, l’ensemble des pôles ayant été touché par les restructurations induites par ce contrat » a précisé le directeur général.

Pour atteindre cet objectif, le CHRU n’a pas ménagé ses efforts : gel de près de 400 postes sur deux ans, sans qu’aucun hospitalier ne perde son emploi, redéploiements internes de 110 postes, accompagnement de près de 500 professionnels par la Direction des Ressources Humaines et de la Formation vers de nouvelles fonctions en interne.

Dans le même temps, le CHRU a enregistré une forte progression de son activité : hospitalisations en hausse de + 2,4 %, accouchements +5.4 % soit 3 600, passages aux urgences (+ 3,76%) soit 114 000. Quant au nombre de consultations, elles progressent de 2,5% pour atteindre les 505 000 consultations annuelles. Enfin, le taux de chirurgie ambulatoire du CHRU a grimpé de 2 point : 28% fin 2014 contre 26% fin 2013. « De bons indicateurs qu’il faudra maintenir en 2015 afin de poursuivre l’adaptation et la modernisation des unités et de consolider les capacités d’investissement du CHRU.  a rappelé Philippe Domy qui a invité les pôles à une vigilance particulière sur la progression de leur activité en 2015, compte tenu des annonces nationales sur la modération des tarifs et les hausses de charges attendues. »

Malgré la rigueur, une politique d’investissements a pu être conduite. En 2014, près de 60 M€ ont été répartis dans les différentes unités : 36 M€ de travaux, 13 M€ de biomédical, 7 M€ en informatique, 3,5 M€ en logistique et hôtellerie*. Dans le même temps l’établissement déployait une politique sociale dynamique et volontariste, confortait la recherche forte et reconnaissait la place centrale de qualité et la sécurité des soins.
En 2015, de nombreux projets figurent à l’agenda de l’établissement, avec notamment l’engagement des opérations du schéma directeur technique et architectural visant, à terme, au regroupement de l’ensemble des activités de médecine, chirurgie, obstétrique et psychiatrie sur un site unique et dans un premier temps à celui des laboratoires de biologie médicale. Présentée fin 2014 devant le Comité pour la Performance et la Modernisation des établissements de santé (COPERMO) et éligible à une aide de l’Etat, cette opération de près de 100 M€ deviendra concrète avec la décision du jury de maîtrise d’œuvre, attendue au 1er trimestre 2015. Ce nouveau bâtiment ouvrira ses portes en 2018.
Cette année, 50 M€ d’investissements seront également affectés à plusieurs programmes stratégiques : la fin des opérations de modernisation de la médecine nucléaire (avec l’installation d’un deuxième TEP‐Scan), la poursuite de la politique de modernisation de l’imagerie de coupe (2 scanners complémentaires), le remplacement de deux salles d’imagerie interventionnelle cardiovasculaire et la construction d’un bâtiment en extension du bloc opératoire d’Arnaud de Villeneuve pour l’installation d’une salle d’imagerie interventionnelle en environnement de bloc opératoire dite « salle hybride », ou encore la réhabilitation de plusieurs unités de l’hôpital Gui de Chauliac.
Philippe Domy a insisté sur l’importance de la valorisation du patrimoine du CHRU afin de financer ses importants projets d’investissement à venir. Il a également rappelé l’attachement du CHRU à un développement dit « durable », ainsi qu’à garantir son accessibilité à l’ensemble des patients.
L’avenir pour le CHRU c’est aussi sa place de premier plan au sein de « Montpellier Méditerranée Métropole » qui ambitionne d’être l’une des capitales de la santé en France sous l’impulsion de son Président, Philippe SAUREL, Maire de Montpellier et Président du Conseil de Surveillance du CHRU.

Focus sur la politique sociale, la recherche et les partenariats

Une politique sociale volontariste et responsable au service du projet d’établissement, dans un dialogue social riche et soutenu
Parmi les mesures prises, l’accompagnement des opérations du contrat de performance et le renforcement de la dynamique d’accompagnement professionnel et social, la bourse interne aux heures supplémentaires (740 professionnels volontaires inscrits), l’amélioration de l’accès aux informations des Ressources Humaines avec la mise en ligne de la rubrique « Kiosque RH » sur le nouvel Intranet de l’établissement. Enfin, la richesse du dialogue social conduit avec les organisations syndicales a permis la signature, par toutes les organisations, d’un nouveau protocole d’exercice du droit syndical, ainsi que d’un protocole pour l’organisation des élections professionnelles, qui se sont déroulées sans incident le 4 décembre dernier.
Le CHRU, employeur responsable
Premier employeur du Languedoc‐Roussillon, le CHRU s’est engagé dans le maintien de l’emploi dans la région. Près de 700 recrutements ont été réalisés en 2014, dont 51 emplois d’avenir actuellement présents dans les divers services du CHRU, et 2 000 stagiaires ont été accueillis dans tous les services. Le directeur général a également rappelé la signature d’une convention de partenariat avec Pôle Emploi, ou encore la signature de la Charte du Conseil des employeurs publics du Languedoc‐Roussillon pour l’insertion des travailleurs handicapés.
Les médecins font l’objet d’attentions particulières avec une réflexion sur leur bien‐être au travail et la charte d’accueil et de formation des internes. La qualité de vie au travail sera d’ailleurs une des lignes directrices de 2015. Il sera question du sens, du sentiment d’appartenance et de la reconnaissance de chaque professionnel dans son travail. L’établissement a également fixé un objectif ambitieux de réduction de l’absentéisme et de sa « dette sociale temps », évoquant une réflexion sur les modalités de gestion des ressources humaines (nouveau logiciel) ainsi que sur les organisations de travail.
La recherche en constante progression
Le CHRU de Montpellier gagne une place dans le classement national des CHRU forts chercheurs et occupe désormais le 6ème rang. Il doit cette progression à la forte augmentation de ses publications scientifiques et du nombre de patients inclus dans des essais cliniques. Sur le plan des projets de recherche européens, le CHRU participait, en 2014, à 16 projets (+ 33% par rapport à 2013) impliquant 230 partenaires, pour un montant cumulé de financement de plus de 6,5 millions d’euros.
A souligner également la Structure Fédérative de Recherche en management et gestion sanitaire, lancée il y a deux ans par le CHRU, en partenariat avec l’Université.
Un CHRU ouvert et partenarial
Insistant sur la densité des relations existant avec les autres établissements publics de santé du Languedoc‐Roussillon, le Directeur Général est revenu sur l’accord‐cadre de coopération signé, en décembre 2014, avec l’Institut du Cancer de Montpellier, portant sur les activités de biologie médicale et d’oncologie médicale, sur  la direction commune avec le Centre Hospitalier de Millau (Aveyron) et fait référence aux coopérations liant le CHRU aux établissements de santé privés de la région comme la Clinique du Millénaire dans le domaine de la chirurgie cardiaque.
Le Directeur Général a annoncé que le CHRU de Montpellier -certifié sans aucune réserve ni recommandation par la Haute Autorité de Santé- ferait partie des premiers hôpitaux visités dans le cadre de la version dite « v2014 » de la certification, au mois de mars 2015.

*mise en service de la nouvelle Unité Centrale de Production Alimentaire (19 M€) qui sera inaugurée le 11 février, la fin des travaux d’extension des blocs opératoires et de regroupement des réanimations médicales sur le site de l’hôpital Lapeyronie (35 M€ sur 3 ans), l’ouverture du Centre Départemental d’Appels d’Urgence 15‐18‐112 à Vailhauques (3,5 M€), le renouvellement d’un TEP‐Scan et d’une gamma caméra en médecine nucléaire, ou encore le programme de modernisation des équipements d’imagerie de coupe (3 nouveaux scanners en 2014).

Des compléments d’information sur

Aide à la procréation : impression en 3D de l’embryon préimplantatoire, une 1ère en France
Cancer : accord-cadre entre l’Institut et le CHRU de Montpellier
Evénements indésirables : ne pas sanctionner mais encourager les déclarations
Insertion professionnelle : l’engagement du CHRU, le soutien de Pôle emploi

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.