Montpellier à la tête du projet européen Respine contre la discopathie vertébrale

Objectif : développer à l'horizon 2020 un traitement efficace de la discopathie vertébrale par injection de cellules souches. Ce programme, coordonné par le Pr Christian Jorgensen au CHU de Montpellier, regroupe 14 établissements de 5 pays européens pour un budget total de 5 555 836 d'euros.
Objectif : développer à l’horizon 2020 un traitement efficace de la discopathie vertébrale par injection de cellules souches. Ce programme, coordonné par le Pr Christian Jorgensen au CHU de Montpellier, regroupe 14 établissements de 5 pays européens pour un budget total de 5 555 836 d’euros. 
La discopathie dégénérative, processus de détérioration progressive d’un disque intervertébral, se traduit par des douleurs chroniques et un retentissement fonctionnel majeur lié à la difficulté de rester debout sur une longue période ou de porter des charges.
70 millions d’Européens concernés
Cette pathologie invalidante affecte quelque 70 millions d’Européens et coûte plus de 100 milliards d’euros chaque année. Or, exceptés des médicaments pour soulager temporairement la douleur, aucun traitement efficace n’est actuellement disponible. Les cas chroniques bénéficient d’une intervention chirurgicale (discectomie) mais les résultats restent aléatoires et l’intervention peut conduire à des problèmes biomécaniques et à la dégénérescence accélérée des segments adjacents. 
Une thérapie innovante par injection de cellules souches
Le projet RESPINE, porté par le Pr Christian Jorgensen, directeur de l’Institut de Médecine Régénérative et de Biothérapies (IRMB) du CHU de Montpellier propose de développer un traitement efficace de la discopathie vertébrale grâce à une thérapie régénérative par injection de cellules souches mésenchymateuses. Celles-ci ont déjà testées par Ecell France, infrastructure coordonnée par le Pr Jorgensen. 
L’objectif de cette thérapie innovante est de réduire la douleur et/ou le handicap dans les 3 mois et pour une durée d’au moins 24 mois. Ce traitement simple serait efficace, non invasif et facile à mettre en œuvre par les cliniciens dans les hôpitaux.

Le projet RESPINE porte sur le développement d’une thérapie régénérative par injection de cellules souches.
Une enveloppe de 865 802 euros pour le CHU 
Le CHU de Montpellier, financé à hauteur de 865 802 euros sur le budget du projet, coordonne l’essai clinique randomisé de phase 3 qui vise à évaluer l’intérêt thérapeutique et l’innocuité du produit sur un grand groupe patients. 30 d’entre eux sont suivis dans l’établissement. 
Le projet RESPINE est le seul projet en santé coordonné par une équipe Française sélectionné le cadre des programmes européens Horizon 2020.
Pour plus d’informations : www.chu-montpellier.fr/fr/respine

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.