Montpellier certifié sans réserve ni recommandation

La Haute Autorité de Santé vient de certifier, sans aucune réserve ni recommandation, le Centre Hospitalier Régional et Universitaire de Montpellier. Cette décision, exceptionnelle dans un établissement de cette dimension, distingue le très haut niveau de qualité et de sécurité des soins dispensés au CHRU. Elle récompense la mobilisation et l’engagement des équipes au service des patients pris en charge au CHRU.

La Haute Autorité de Santé vient de certifier, sans aucune réserve ni recommandation, le Centre Hospitalier Régional et Universitaire de Montpellier. Cette décision, exceptionnelle pour un établissement de cette taille, distingue le très haut niveau de qualité et de sécurité des soins dispensés au CHRU. Elle récompense la mobilisation et l’engagement des équipes au service des patients pris en charge au CHRU.
Lors de sa troisième visite de certification de septembre 2010, la Haute Autorité de Santé avait émis trois recommandations, invitant le CHRU de Montpellier à poursuivre sa démarche d’amélioration de la qualité dans les domaines suivants :
– l’approfondissement de réflexions autour de l’information et de l’accompagnement du patient en cas de dommage associé aux soins ;
– le développement de démarches de gestion des risques dites « a priori », visant à prévenir l’apparition d’événements indésirables ;
– la poursuite de la sécurisation du circuit du médicament.
L’établissement ayant rendu compte de ses actions dans un rapport de suivi adressé à l’été 2012, la Haute Autorité de Santé vient de communiquer sa décision définitive : le CHRU de Montpellier est certifié, sans aucune recommandation ni réserve.
La Direction Générale et la Présidence de la Commission Médicale d’Etablissement saluent l’engagement et la mobilisation de l’ensemble des équipes du CHRU à promouvoir l’amélioration continue de la prise en soins des patients.
La prochaine visite de certification du CHRU de Montpellier aura lieu en novembre 2014. Dans cette perspective, et au-delà, l’établissement maintient sa mobilisation et poursuit sa démarche d’amélioration de la qualité et de gestion des risques.

La procédure de certification des établissements de santé
                                                                    
Instituée par une ordonnance de 1996, la certification est une procédure obligatoire, à laquelle tous les établissements de santé, publics ou privés, doivent se soumettre tous les quatre ans.
Sur la base d’un manuel édité par la Haute Autorité de Santé, chaque établissement fait l’objet d’une visite de certification, réalisée par des professionnels de santé. Au regard des constats réalisés durant la visite sur plus de 70 critères, ces « experts-visiteurs » proposent une décision au collège de la Haute Autorité de Santé, instance décisionnaire en la matière.
Dès lors, les établissements peuvent être certifiés ou non, la certification pouvant être assortie de recommandation(s) et/ou de réserve(s). En cas de manquement grave aux obligations de sécurité, la Haute Autorité de Santé peut également décider de surseoir à la décision de certification.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.