Montpellier : comptes en excédent certifiés sans réserve

Pour la 3ème année consécutive, Montpellier présente un résultat à l’équilibre. Mieux un excédent de 7,78M€ est constaté sur le compte de résultat principal, soit 0,88% d'un budget de 870M€, dégageant pour la 1ère fois un excédent structurel significatif, sans aucune forme d’aide. A volume d’investissements identique à 2015, le CHU de Montpellier a dégagé une capacité d’autofinancement supérieure et a pu, ainsi, se désendetter à hauteur de 9M€.
Pour la 3ème année consécutive, Montpellier présente un résultat à l’équilibre. Mieux un excédent de 7,78M€ est constaté sur le compte de résultat principal, soit 0,88% d’un budget de 870M€, dégageant pour la 1ère fois un excédent structurel significatif, sans aucune forme d’aide. A volume d’investissements identique à 2015, le CHU de Montpellier a dégagé une capacité d’autofinancement supérieure et a pu, ainsi, se désendetter à hauteur de 9M€.
Pour la 3ème année, les commissaires aux comptes ont certifié les comptes du CHU de Montpellier pour l’année 2016. Après deux réserves techniques en 2014 et une seule réserve identifiée en 2015, les vérificateurs ont confirmé la sincérité de l’équilibre budgétaire de l’établissement en certifiant sans aucune réserve les comptes présentés par l’établissement. Cette décision a été communiquée au Conseil de Surveillance le 4 juillet 2017, qui a, sur cette base, approuvé le compte financier unique de l’établissement. 
« La certification des comptes sans réserve d’un CHU d’une telle envergure constitue un résultat très satisfaisant, qui reflète le travail accompli par les professionnels de l’établissement depuis cinq ans », indique Thomas Le Ludec, Directeur Général de l’établissement depuis février 2016. 
Les commissaires aux comptes ont d’ailleurs souligné l’engagement de l’ensemble des équipes du CHU de Montpellier pour obtenir ce résultat. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.