Montpellier de nouveau labellisé «Centre d’Etude et de Traitement de la Douleur chronique de l’Enfant»

Référent sur le territoire d’Occitanie Est, le centre d’Etude et de Traitement de la Douleur chronique (CETD) de l’enfant du CHU, coordonné par le Dr Alice Ribrault, a de nouveau reçu la labellisation de l’ARS Occitanie. 1 300 enfants y sont pris en charge chaque année.
Référent sur le territoire d’Occitanie Est, le Centre d’Etude et de Traitement de la Douleur chronique (CETD) de l’enfant du CHU, coordonné par le Dr Alice Ribrault, a de nouveau reçu la labellisation de l’ARS Occitanie1 300 enfants y sont pris en charge chaque année. 
Le CHU de Montpellier et le CHU de Toulouse sont les seuls centres de la région à proposer un accueil spécifique des enfants. L’équipe du Dr Alice Ribrault propose donc une prise en charge pluri professionnelle et pluri disciplinaire avec notamment des approches non médicamenteuses.
Située au sein du pôle Femme-Mère-Enfant à l’hôpital Lapeyronie, la structure accueille des enfants présentant tous types de douleurs, mais plus particulièrement des douleurs chroniques comme des migraines, des douleurs musculosquelettiques, etc.
Une priorité nationale
La prise en charge de la douleur chronique est une priorité nationale de santé qui a été portée par 3 plans successifs permettant notamment la reconnaissance de « structures spécialisées douleur chronique ». Ces structures de recours hautement spécialisées, labellisées par les Agences Régionales de Santé, sont de 2 types : des structures de proximité, identifiées comme consultations, qui assurent une prise en charge pluri-professionnelle ; et des centres d’étude et de traitement de la douleur chronique qui réalisent une prise en charge pluridisciplinaire, associant plusieurs médecins de différentes spécialités (neurologue, psychiatre, orthopédiste, rhumatologue, anesthésiste…), ce qui est le cas au CHU de Montpellier.
Comprendre l’origine de la douleur et l’évaluer
La compréhension des mécanismes à l’origine de la douleur représente toujours une étape obligée, de même que l’évaluation de son retentissement physique et psychologique sur l’enfant et sa famille. Le plus souvent, les mécanismes sont multiples, intriqués, et le traitement devra associer différents types d’approches. Il existe en effet chez l’enfant, comme chez l’adulte, une très grande variété de douleurs: céphalées ou migraines (les plus fréquentes des douleurs chroniques), douleurs musculo-squelettiques, douleurs abdominales, douleurs «cancérologiques», fibromyalgie, syndrome douloureux régional complexe.
Il existe également des troubles « somatoformes » caractérisés par l’existence de symptômes physiques ne pouvant s’expliquer par une affection médicale clairement identifiée et dont la prise en soins s’avère particulièrement complexe.
Hypno-analgésie, relaxation, neurostimulation transcutanée
Les missions du CETD de l’enfant sont multiples et dépassent l’objectif premier de reconnaissance et d’évaluation de la douleur. Ainsi, l’équipe d’algologie pédiatrique du CHU de Montpellier s’investit particulièrement dans la diffusion des approches non médicamenteuses.
L’hypno-analgésie (hypnose médicale), possible dès l’âge de 6 ans est particulièrement utile pour l’accompagnement des enfants qui ont des soins douloureux et dans les douleurs chroniques (céphalées, syndrome douloureux régionales complexes..). Au fils des séances l’enfant apprend à se mettre en autohypnose et ainsi à gérer sa douleur.
La relaxation, la distraction, les techniques de toucher-massage, la neurostimulation transcutanée TENS (courant électrique transcutanée qui bloque les signes périphériques de la douleur) peuvent également calmer les douleurs neuropathiques, les douleurs du rachis, etc.
Réduire les douleurs liés aux soins : un objectif majeur
La sensibilisation aux douleurs iatrogènes (induites paradoxalement par les soins) de tous les professionnels de santé de la région (médecins, infirmières, kinésithérapeutes…), quelle que soit leur structure d’accueil (hôpitaux, instituts…) est un objectif majeur de l’équipe, dans la lignée des recommandations du dernier plan national « douleur ».
Enfin, la participation de l’enfant et sa famille, véritables acteurs dans cette lutte quotidienne, se concrétisera cette année par la mise en place d’un programme d’éducation thérapeutique spécialement dédié aux douleurs chroniques et rebelles de l’enfant.
Le centre de douleurs chroniques « adulte » du CHU de Montpellier (hôpital St Eloi) géré par le Dr Patrick Ginies vient également d’être de nouveau labellisé.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.