Mort subite des footballeurs : un cardiologue du CHU en 1re ligne

« Il ne s'agit pas de dénigrer la pratique sportive : elle est et reste excellente pour la santé. En revanche, elle peut être délétère lorsque celui qui la pratique est atteint d'une pathologie non détectée. C'est pourquoi nous lançons cette campagne nationale ». Le professeur Etienne Aliot, chef du pôle cardio-vasculaire du CHU de Nancy, est également spécialiste de la mort subite des footballeurs et membre de la commission médicale de la Fédération Française de Football. C'est donc lui qui apporte son expertise à la campagne nationale « Les gestes qui sauvent ».

« Il ne s’agit pas de dénigrer la pratique sportive : elle est et reste excellente pour la santé. En revanche, elle peut être délétère lorsque celui qui la pratique est atteint d’une pathologie non détectée. C’est pourquoi nous lançons cette campagne nationale ».

Le professeur Etienne Aliot, chef du pôle cardio-vasculaire du CHU de Nancy, est également spécialiste de la mort subite des footballeurs et membre de la commission médicale de la Fédération Française de Football. C’est donc lui qui apporte son expertise à la campagne nationale « Les gestes qui sauvent » lancée par les pouvoirs publics et relayée par la FFF et sa Ligue de Football Amateur (LFA), la Ligue de Football Professionnel (LFP), l’Union Nationale des Footballeurs Professionnels (UNFP), l’Union des Clubs Professionnels de Football (UCPF), l’Union Nationale des Entraîneurs et Cadres Techniques du Football (UNECTF) et enfin la Croix Rouge.

Concrètement, il s’agit d’ici à 2012, de former les milieux du football, amateur et professionnel, aux gestes qui sauvent des vies sur les terrains et parmi eux, les premiers soins à donner en cas d’arrêt cardiaque. Désormais dans chaque club amateur français (il y en a 10 000 sur tout le territoire) un arbitre, un joueur, un éducateur et un dirigeant seront initiés à la pratique des gestes de premiers secours qui se déclinent en 3 étapes indissociables : appeler le 15, masser et défibriller.

« Cette formation prenant appui sur les gens de terrain a le mérite de lutter contre la mort subite dans les stades y compris dans les plus petits clubs, explique Etienne Aliot, mais aussi de voir 40 000 nouveaux citoyens français formés à intervenir en cas de besoin dans la vie de tous les jours. » Comme dans le même temps, les communes s’équipent de plus en plus de défibrillateurs automatisés externes, à l’image de la Communauté Urbaine du Grand Nancy qui a créé l’association Grand Nancy Défi’b présidée également par le cardiologue nancéien, la France devrait pouvoir dans les années prochaines rattraper son retard face à des pays comme la Scandinavie.

Une mobilisation citoyenne de l’ensemble du football français au profit d’une campagne de santé publique où le Pr Etienne Aliot fait figure d’attaquant en matière de lutte contre l’arrêt cardiaque. Le spécialiste ne manque dans ce domaine ni d’idées ni de projets : programmer les GPS pour qu’ils signalent les défibrillateurs en usage public ou encore profiter de l’affluence les soirs de match pour organiser des cessions de formation.

En savoir + : www.foot-gestespourunevie.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.