Mort subite du nourrisson : un body pour rappeler le bon geste

Les nouveau-nés des maternités du CHU-Hôpitaux de Rouen, du Belvédère et de la Clinique Mathilde recevront un body encourageant le couchage sur le dos. 5 000 sous vêtements seront distribués en 2016 pour prévenir ce syndrome inattendu et inexpliqué qui terrifie les parents. La campagne originale "Je dors sur le dos, je jouerai sur le ventre" a été financée à hauteur de 14 000 € par les mélomanes rouennais qui ont assisté au concert organisé en juin dernier à la cathédrale par le Rotary Rouen Collines.
Les nouveau-nés des maternités du CHU-Hôpitaux de Rouen, du Belvédère et de la Clinique Mathilde recevront un body encourageant le couchage sur le dos. 5 000 sous vêtements seront distribués en 2016 pour prévenir ce syndrome inattendu et inexpliqué qui terrifie les parents. La campagne originale "Je dors sur le dos, je jouerai sur le ventre" a été financée à hauteur de 14 000 € par les mélomanes rouennais qui ont assisté au concert organisé en juin dernier à la cathédrale par le Rotary Rouen Collines.
Parfois, des enfants entre 0 à 6 mois, décèdent dans leur sommeil, sans raison apparente : ce phénomène, encore inexpliqué, est appelé mort subite du nourrisson. En 1991, s’est crée une société européenne dédiée à l’étude et à la prévention de la mort subite du nourrisson, dirigée par le Pr Eric Mallet, alors chef du service de pédiatrie du CHU-Hôpitaux de Rouen. Rapidement, elle a identifié les facteurs de risque et a constaté que les morts étaient plus fréquentes lorsque les bébés étaient couchés sur le ventre. Après une grande campagne de communication préconisant le couchage sur le dos, le nombre de victimes a chuté de façon très importante.
1ère cause de décès des tout-petits âgés entre 1 mois et 1 an, la mort subite du nourrisson (MSN) frappe moins d’un bébé sur 1 000 et ce nombre est en diminution. Pour que cette baisse se poursuive, il est essentiel d’apprendre les bons gestes aux parents et de répéter les conseils de prévention en menant des campagnes  qui sauront convaincre et séduire les familles.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.