Movember Moustaches : les Bacchantes en course à Toulouse

Après Octobre rose, mois de sensibilisation des femmes au dépistage du cancer du sein, voici venu Novembre moustaches ou plutôt Movember Moustaches, mois de sensibilisation des hommes à la prévention du cancer de la prostate. Un message qui pourrait apparaître anxiogène et rébarbatif mais qui prend de la saveur quand il est traité avec humour et convivialité. L'initiative de la course des "Bacchantes" est un bel exemple d'approche légère d'un sujet sérieux. Le 11 novembre, la Mairie et le CHU de Toulouse

Après Octobre rose, mois de sensibilisation des femmes au dépistage du cancer du sein, voici venu Novembre moustaches ou plutôt Movember Moustaches, mois de sensibilisation des hommes à la prévention du cancer de la prostate. Un message qui pourrait apparaître anxiogène et rébarbatif mais qui prend de la saveur quand il est traité avec humour et convivialité. L’initiative de la course des "Bacchantes" est un bel exemple d’approche légère d’un sujet sérieux. Le 11 novembre, la Mairie et le CHU de Toulouse donnent rendez-vous aux moustachus et à leurs proches, garçons et filles, pour un parcours de 8km avec un look imposé, le port de la moustache obligatoire… naturelle, collée ou dessinée.

Combattre la tumeur dans la bonne humeur !
Lancé à Paris voici 4 ans, cet évènement sportif est placé sous le signe de la recherche au profit de la lutte contre le cancer de la prostate. A Toulouse, les soutiens institutionnels et privés ont permis l’organisation de cette épreuve sportive. Pour chaque inscription effectuée sur le site internet de l’association, 10 euros seront destinés à un acteur local de la recherche contre le cancer de la prostate. Cette année le projet soutenu porte sur l’amélioration des conditions d’irradiation de la prostate avec l’utilisation d’un ballon implantable pour limiter le risque de toxicité digestive induite par le traitement. Les dons peuvent également se faire sans courir le parcours sur le site.
Le port de la moustache obligatoire fait référence aux poilus de la grande guerre, montant à l’assaut avec les bacchantes fièrement arborées. S’inspirant de ces nobles ancêtres, le mouvement international Movember des moustachus alerte l’opinion publique des risques du cancer de la prostate et la moustache triomphalement arborée est là pour rappeler que cet attribut masculin peut disparaître durant les traitements de la maladie. En affichant sa moustache, chaque coureur(se) marque son engagement en faveur d’un grand combat médical.
Après la course, le Dr Igor Latorzeff, oncologue-radiothérapeute à la clinique pasteur et spécialisé dans le soin et la recherche clinique sur le cancer de la prostate, animera une table ronde avec le soutien du réseau local de cancérologie ONCOMIP représenté par le Dr Eric Bauvin. Interviendront également les professeurs Michel Soulie et Xavier Gamé urologues au CHU de Toulouse, le Dr Loic Mourey oncologue sur l’oncopôle, le Dr julien Guillotreau urologue et le Dr Eric Bruguière radiologue à la clinique pasteur.
Pour en savoir plus et s’inscrire www.lesbacchantes.org
Le  cancer de la prostate reste de loin le cancer le plus fréquent chez l’homme devant le cancer du poumon et le cancer colorectal. En France, le nombre de décès liés au cancer de la prostate est au 2ème rang après le cancer du poumon.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.