Muscler son cerveau pour prévenir les troubles intellectuels? Le CHU de Lille teste une nouvelle stratégie

« Avec l’avancée en âge, les capacités intellectuelles tendent à être moins efficientes. Si ce phénomène reste fréquent et peu invalidant chez la plupart, il peut parfois représenter un risque d’évolution vers des troubles plus sévères gênant la vie quotidienne ». Ce constat a conduit l’équipe du Pr David Devos, du pôle Santé Publique, Pharmacie et Pharmacologie médicale du CHU de Lille, à s’intéresser aux moyens de limiter le déclin cognitif chez les seniors. Une étude est lancée, 120 volontaires âgés de 55 à 75 ans seront recrutés - Avis aux seniors...

« Avec l’avancée en âge, les capacités intellectuelles tendent à être moins efficientes. Si ce phénomène reste fréquent et peu invalidant chez la plupart, il peut parfois représenter un risque d’évolution vers des troubles plus sévères gênant la vie quotidienne ». Ce constat a conduit l’équipe du Pr David Devos, du pôle Santé Publique, Pharmacie et Pharmacologie médicale du CHU de Lille, à s’intéresser aux moyens de limiter le déclin cognitif chez les seniors. Une étude est lancée, 120 volontaires seront recrutés – Avis aux seniors…
Plusieurs études ont démontré l’importance d’une activité intellectuelle et émotionnelle régulière pour développer les capacités des personnes âgées et améliorer leur état de santé. Mais le Pr Devos veut aller plus loin.  « A ce jour, il n’existe aucun traitement pour ces troubles. Nous voulons mettre au point une nouvelle stratégie qui augmenterait la plasticité cérébrale et les capacités intellectuelles de manière plus importante et prolongée ».

C’est ainsi que le CHU de Lille vient de lancer l’étude clinique PACTE-1.
Ce projet de recherche propose à des patients âgés de 55 à 75 ans de réaliser un bilan global de leurs capacités intellectuelles suivi d’un entraînement cognitif accompagné par des professionnels de santé, avec ou sans prise de médicament. Objectif : démontrer qu’il est possible de traiter et de prévenir les troubles intellectuels grâce à un entraînement cérébral régulier. Deux fois par semaine, pendant 6 semaines, les patients pourront développer leurs capacités grâce à des activités sollicitant l’écoute, la compréhension et la découverte de nouvelles informations. 
120 volontaires attendus
Pour participer à l’étude PACTE-1, le Centre d’Investigation Clinique (CIC) du CHU de Lille recherche 120 personnes âgées de 55 à 75 ans ne présentant aucune maladie neurologique. Les patients suivent un programme d’entraînement de l’attention. La prise d’un médicament stimulant la plasticité cérébrale peut également être demandée. Il s’agit du méthylphenidate, un traitement recommandé depuis plus de 20 ans chez les enfants hyperactifs avec déficit de l’attention, utilisé dans le cadre de cette étude à une dose beaucoup plus faible.
Une compensation financière d’un montant de 400€ est proposée aux volontaires participant à l’étude, qui pourrait se prolonger pendant deux ans.
Pour plus d’information, contactez le CIC du CHU de Lille ciclille@chru-lille.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Greffe du foie : une machine pour réanimer les greffons fragiles

Depuis le mois de juillet, ont été réalisées au sein du CHU de Toulouse cinq greffes de foies impliquant des greffons reperfusés et oxygénés. Une avancée importante, rendue possible par l’arrivée d’une machine à perfusion. Si elle est pratiquée dans plusieurs hôpitaux français, cette technique laisse entrevoir, à l’heure où sévit une pénurie d’organes, des progrès majeurs dans le champ de la greffe.

Télémédecine : à la rescousse des marins du monde entier

Elle a beau se trouver à une heure et demie de la Méditerranée, Toulouse est scrutée par les marins du monde entier. La ville rose, plus précisément le centre d’urgence médicale de l’hôpital Purpan, abrite le Centre de consultation médicale maritime français. Chaque jour, ce SAMU des océans vient en aide aux professionnels de la mer aux quatre coins du globe. Immersion dans ce lieu largement méconnu du grand public.

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.