Musique à l’Hôpital

pari gagné !

Désireuse d’améliorer le bien-être des personnes de tout âge accueillies et soignées par le CHU de Nice, des bébés prématurés aux personnes âgées, en passant par les adolescents et les adultes en Réanimation, la Fondation d’Entreprise MACSF a choisi de soutenir, cette année, deux projets d’interventions musicales, dont celui du CHU.

De la musique pour mieux s’entendre

En rompant leur solitude, Stéphane Nicolettos, musicien et chanteur, contribue à améliorer les conditions d’accueil et de séjour des personnes âgées hospitalisées en Gérontologie. Dans des situations difficiles, il permet d’accompagner les changements de cadre de vie, en offrant un repère humain et sensible.

En offrant à tous les acteurs du service : patients, familles et personnel … la possibilité de nouer des relations fondées non pas sur la maladie mais sur la vie, la musique contribue à « faire tomber les barrières » et, ainsi, à améliorer la qualité des relations entre soignants, patients et familles. « Les familles nous voient différemment », témoigne une soignante.

Stéphane Nicolettos, chanteur et guitariste, intervient depuis janvier 2005 en Gérontologie et depuis janvier 2003 en Néonatalogie et en Réanimation polyvalente. Ces interventions sont coordonnées par le CHU et l’association Musique & Santé. Leur coût, qui s’élève à 23 000 euros, est financé intégralement par des partenaires extérieurs : la Fondation d’Entreprise MACSF rejoint ainsi la Direction Régionale des Affaires Culturelles et l’Agence Régionale de l’Hospitalisation de Provence Alpes Côte d’Azur.

Un projet culturel global

Les interventions musicales qui se déroulent en Néonatalogie, Réanimation Polyvalente et Gérontologie s’inscrivent dans une démarche globale, initiée en 2002.

Le projet culturel, volet spécifique du projet d’établissement, vise à humaniser l’hôpital, en sollicitant des artistes pour des oeuvres in situ, contribuant à rendre les espaces plus chaleureux et plus accueillants, ou bien pour des interventions « en chair et en os », parce que l’hôpital n’est pas qu’un lieu de souffrance et de maladie, mais bien un lieu où l’on vit et où l’on guérit.

Chaque année, les actions mises en place sont financées avec l’aide de partenaires extérieurs : la Direction Régionale des Affaires Culturelles et l’Agence Régionale de l’Hospitalisation de Provence Alpes Côte d’Azur, la Ville de Nice, le Conseil Général et maintenant la Fondation d’entreprise MACSF.

La Fondation d’entreprise MACSF

« Améliorer la communication entre les professionnels de santé et les patients », tel est le credo de la Fondation MACSF (Mutuelle d’Assurance Santé en France). Sa politique de mécénat lui permet ainsi de participer à l’amélioration de la compréhension réciproque des besoins et attentes de chacun.

C’est en 2001, lors d’un sondage IPSOS, que le manque de pédagogie des professions soignantes a été mis en exergue. En effet, si la grande majorité des soignants sont perçus à plus de 95% comme « sympathiques », « compétents », « rassurants » et « disponibles », l’amélioration de la communication apparaît comme nécessaire aux yeux de tous.

C’est pourquoi, la Fondation MACSF s’est fixé pour objectif d’apporter un soutien financier et/ou logistique à des projets individuels ou collectifs, portés par des professionnels de santé, des associations ou des patients qui « contribuent à une meilleure qualité des relations entre les professions soignantes, leurs malades et la société ». Parce que le projet d’interventions musicales mené au CHU de Nice et coordonné par l’association Musique et Santé répond à cet objectif, la Fondation d’entreprise MACSF a choisi de nous soutenir.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.