Musiques en chambres, les nouvelles gammes hospitalières

Du 6 novembre 2013 ou 12 mars 2014, la violoniste Virginie Basset de la compagnie Axotolt explorera la gamme des accords possibles avec le service de pédiatrie du CHU Estaing de Clermont-Ferrand. Ses partitions savamment déclinées en fonction des publics rythmeront les temps, de l'accordage au travers d’une vingtaine d’interventions régulières au chevet des enfants et adolescents, de l'acoustique avec une dizaine de représentations et de spectacles offerts à tous au sein de l’hôpital et de la résonance lors de trois sessions de formation dispensées aux professionnels de santé.

Du 6 novembre 2013 ou 12 mars 2014, la violoniste Virginie Basset de la compagnie Axotolt explorera la gamme des accords possibles avec le service de pédiatrie du CHU Estaing de Clermont-Ferrand. Ses partitions savamment déclinées en fonction des publics rythmeront les temps, de l’accordage au travers d’une vingtaine d’interventions régulières au chevet des enfants et adolescents, de l’acoustique avec une dizaine de représentations et de spectacles offerts à tous au sein de l’hôpital et de la résonance lors de trois sessions de formation dispensées aux professionnels de santé.

« L’inscription dans la durée est une donnée importante pour l’impact de ces actions. commente l’auteur du programme « Violon à l’hôpital ». En 5 mois, patients, soignants, virtuoses auront tout loisir de s’entendre, de nouer des alliances fortes et de créer un terreau favorable à l’éclosion d’émotions. L’enjeu est de toucher toutes les communautés professionnelles et civiles qui cohabitent au sein d’un CHU. »

Inscrite dans la dynamique Culture-Santé, « Violon à l’hôpital » apporte sa note à l’éveil des sensibilités, au bien-être des personnes en soins et à la découverte de la musique comme moyen d’expression. Au-delà du plaisir musical partagé, ce partenariat original conduit les professionnels et les patients à réfléchir sur leur environnement sonore, et pourquoi pas à réserver une place aux harmonies dans la pratique soignante.

Un programme en trois temps
Temps de l’accordage

Accordages entre la musicienne, le service et les patients, les interventions en chambre présentent le double intérêt d’être dans la régularité et l’adaptabilité. Dans la relation au patient, être au chevet met en jeu pour le musicien la notion de consentement du patient qui a la possibilité de dire non, d’influer ou de choisir ce qu’il souhaite entendre, en donnant son sentiment et son désir sur l’ambiance, le rythme et le style musical. Dans cette forme le patient est à la fois spectateur et acteur, car sa participation musicale est possible. Au musicien de s’adapter, de proposer des musiques sur mesure, de savoir glisser d’un univers musical à un autre, d’improviser en fonction des réactions des personnes présentes, de faire preuve de souplesse en mettant la musique au service d’un ressenti.
Le répertoire est donc large entre créations, adaptations et improvisations dans différents styles. Dans une optique de bientraitance, la musique de par son essence – l’écoute – peut être une alliée des soins relationnels. L’enfant ou l’adolescent peut y trouver, au delà des mots, dans une pensée non verbale, un moyen d’expression, de compréhension de l’autre et de soi-même, pour faire ensemble, échanger et libérer des tensions et émotions. En néonatalogie la musique calme, apaise, se met au service des sentiments qui tentent de s’exprimer, participe au tissage du lien mère-enfant, permet de chanter et de communiquer autrement. C’est la sincérité du partage musical de l’instant qui conditionne la réussite du moment, elle est rendue possible par la concertation et la complicité avec les équipes.
20 lundis après-midi de mi-septembre 2013 à mi-avril 2014 publics ciblés : néonatalogie et séjours longue durée (enfants chroniques)

Temps de l’acoustique : concerts et spectacles
Divertimento, concert instrumental, ritournelle chorégraphique et musicale, anecdotes violonistiques et autres plaisirs à cordes… Organiser ces 4 spectacles au sein de l’hôpital, c’est rendre la culture accessible aux publics empêchés, c’est investir l’hôpital en tant que lieu de vie, l’inscrire dans des relations dynamiques avec l’extérieur. C’est également sensibiliser et questionner sur l’intégration de la culture dans la prise en charge globale du patient, réunir soignants et soignés dans le partage de la musique. Conjointement aux interventions en chambre, il s’agit de proposer aux communautés qui cohabitent dans l’hôpital des spectacles où ils pourront découvrir ou retrouver la musicienne intervenante dans le moment magique de la représentation.

Temps de la résonance
Le personnel hospitalier qui accueille le projet musique est confronté à des situations musicales : la collaboration de l’équipe et de la musicienne intervenante conditionne l’impact des interventions et des spectacles. L’enjeu de ce troisième volet est de donner à l’équipe soignante des outils qui la familiarisent avec les activités musicales et de réfléchir avec elle sur l’articulation entre le médical et le musical, de penser ensemble les univers sonores de l’hôpital. Les personnels des différents services de pédiatrie recevront une formation professionnelle afin d’explorer les ressources d’une offre musicale, support de soin et de prise en charge de l’enfant et de sa famille.
3 journées de formation intra-muros

Mieux connaître Virginie Basset
Violoniste professionnelle depuis une quinzaine d’années, Virginie Basset investit les salles de concert mais également d’autres espaces, urbains ou ruraux, où la présence surprenante du violon conduit à la rencontre de tous les publics. Dans cet esprit, elle s’est produite plusieurs fois en milieu hospitalier, simplement pour incarner une présence musicale sans chercher à en diriger les effets. La Cie Axotolt travaille en danse et musique contemporaine (ateliers et spectacles), elle intervient entre autres auprès de la petite enfance et d’enfants porteurs de handicap.

Budget de l’opération : 15 875 € TTC
Partenaires financiers : DRAC Auvergne, Conseil Général du Puy de Dôme, Mairie de Clermont-Ferrand, CPAM du Puy de Dôme, Kiwanis Club de Chamalières, CHU de Clermont-Ferrand

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.