Mutilation génitale : Lyon soutient et répare les femmes

Excision, infibulation, plus de 50 000 femmes ont subi une mutilation génitale en France. Blessées dans leur féminité, elles souffrent physiquement et psychiquement. Cette atteinte à leur intégrité a aussi des répercussions sur leur vie sexuelle. A l’occasion de la journée internationale contre les mutilations génitales qui se déroule le 6 février, le service de gynécologie du Centre Hospitalier Lyon Sud-HCL présente le dispositif déployé pour accompagner ces victimes. Cette organisation mise en place voici 8 ans, conjugue prise en compte de la dimension psychologique de l'agression et expertise chirurgicale.
Excision, infibulation, plus de 50 000 femmes ont subi une mutilation génitale en France. Blessées dans leur féminité, elles souffrent physiquement et psychiquement. Cette atteinte à leur intégrité a aussi des répercussions sur leur vie sexuelle. A l’occasion de la journée internationale contre les mutilations génitales qui se déroule le 6 février, le service de gynécologie du Centre Hospitalier Lyon Sud-HCL présente le dispositif déployé pour accompagner ces victimes. Cette organisation mise en place voici 8 ans, conjugue prise en compte de la dimension psychologique de l’agression et expertise chirurgicale.
L’excision expose les femmes à des problèmes de santé (infections urinaires et gynécologiques) et à des complications au moment de l’accouchement. Une femme excisée sur 10 est gênée au quotidien pour uriner marcher ou porter certains vêtements. Dans le domaine sexuel leur vécu est peu satisfaisant voire douloureux. Un protocole de chirurgie réparatrice offre la possibilité, pour les femmes qui en ressentent le besoin, de se rapprocher d’une intégrité anatomique perdue. Plus de la moitié des enquêtées connaissent cette intervention. 5% y ont recours ou sont en cours de démarche et 20% se disent intéressées*.  

Le service de gynécologie du Centre Hospitalier Lyon Sud-HCL est seul service de la région à proposer un dispositif d’accueil et d’accompagnement pluridisciplinaire aux femmes demandant une réparation chirurgicale. L’équipe formée d’un chirurgien gynécologue, d’une psychologue, d’un sexologue et d’une sage-femme, accueille, oriente, prend en charge et accompagne les femmes en vue d’une éventuelle réparation chirurgicale.

Les femmes souhaitant obtenir plus d’information sur ce dispositif, peuvent désormais prendre contact auprès de la sage-femme référente du Centre de Planification et d’Education Familiale du Centre Hospitalier Lyon Sud-HCL au 04 26 73 96 24 qui expliquera le déroulement de la prise en charge. (ouverture de la ligne à partir du 9 février).
Le service de gynécologie travaille en étroite collaboration avec le Groupe pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles (GAMS) de la région Rhône-Alpes.
Définition : Les mutilations génitales féminines sont définies par l’Organisation Mondiale de la Santé comme des «interventions aboutissant à une ablation partielle ou totale des organes génitaux externes de la femme et/ou toute autre lésion des organes génitaux féminins pratiquée à des fins non thérapeutiques».
*Ces données sont extraites d’une enquête menée par l’Institut national d’études démographiques – 2009. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.