Votre navigateur ne supporte pas Javascript. Pour une meilleure navigation activez le javascript.
  • page facebook de reseau CHU
  • page Tweeter de reseau chu
  • abonnez-vous à nos flux RSS
Agrandir le texte Diminuer le texte

Myopathie : une nouvelle forme identifiée à Nice

CHU Nice - mercredi 16 janvier 2013. 4115 vu(s)

Pour la 1ère fois, une combinaison de deux anomalies génétiques est décrite comme origine d’une dystrophie musculaire. Dans la prestigieuse revue «Nature Genetics», une équipe de recherche internationale composée notamment de chercheurs l’Université de Leiden (Pays-Bas) et de l’Université et du CHU de Nice (France) a découvert une nouvelle cause génétique de la Dystrophie musculaire Facio-Scapulo-Humérale (DMFSHD) : la combinaison de deux facteurs génétiques. « Un principe qui s’applique probablement à d’autres maladies » précisent les chercheurs.

La dystrophie musculaire facio-scapulo humérale a longtemps  été considérée comme une maladie génétique « comme les autres » mais depuis peu un type 1 et un type 2 ont été identifiés posant la question de la différence génétique entre les deux. « Alors que la DMFSH était reconnue globalement comme étant associée à une mutation bien caractéristique au niveau du chromosome 4 (type 1), on était incapable de retrouver cette anomalie chez certains patients (type 2) dont l’origine restait inconnue et ce qui ne permettait pas de les inclure dans des essais cliniques d’une part ni de renseigner sur les risques de transmission de la maladie à la descendance » explique le Dr Sabrina Sacconi neurologue et chercheur au CHU de Nice dans l’équipe du Pr Claude Desnuelle (Centre de Référence Maladies Neuromusculaires).

 

L’étude a portée sur 15 familles dans le monde dont 12 sont connues au CHU de Nice. Grâce à ces dernières, le Dr Sacconi a réussi à élucider les causes génétiques de cette pathologie de type 2.

 

Ce que les chercheurs ont découvert est unique et devrait profiter aux personnes atteintes de cette forme de myopathie et d’autres maladies également. « Il faut la présence de 2 anomalies génétiques pour que cette maladie se développe. Ce qui permet de comprendre comment des enfants dont les parents sont parfaitement sains, puisqu’ils ne sont porteurs que d’une anomalie, peuvent développer ce type de dystrophie musculaire » continue les chercheurs. Cependant, des interrogations subsistent : « on ne sait pas aujourd’hui pourquoi, dans ces familles, certains individus deviennent lourdement handicapés alors que d’autres ne développent pas de manifestation emmenant à consulter, alors qu’ils ont la même combinaison de variants ».

 

Le Centre de Référence Maladies Rares du CHU de Nice est ouvert à toute personne atteinte de DMFSH car « la mise en évidence des anomalies génétiques récemment identifiées devrait permettre d’inclure ces patients dans les essais cliniques jusqu’à présent réservés aux patients atteints de l’autre forme,». Le Centre a déjà réalisé une étude de tolérance d’une thérapie cellulaire dans cette affection.

 

La dystrophie musculaire facio-scapulo humérale ou DMFSH est la 2e myopathie la plus fréquente chez l’adulte, avec 500 000 personnes atteintes dans le monde. Dans la majorité des cas, le premier symptôme apparaît autour de 20 ans, plus rarement dès l’enfance. Lentement évolutive, la maladie affecte, de façon sélective, certains muscles, notamment ceux de la face, des épaules et de la partie supérieure des bras, parfois ceux des membres inférieurs. A terme, la DMFSH peut être très invalidante puisque les patients ne peuvent plus lever les bras et éprouvent parfois des difficultés à se déplacer : 20 % doivent recourir à un fauteuil roulant. Aucune thérapeutique curative n’est encore disponible à ce jour.


Catégorie : CHU Nice, Recherche -Etude, Innovation, Maladies génétiques, Article 2

Pour plus d’information : CHU Nice


Les commentaires pour cet article :


resochu, 18-01-13 14:14:
Des internautes, surpris par cette communication niçoise au sujet d’un travail qu’ils pensaient exclusivement hollandais, ont saisi la rédaction de RESEAU CHU. Le médiateur s’est rapproché des auteurs et le Professeur Claude Desnuelle*, Chef de pôle Neurosciences Cliniques du CHU de Nice, a apporté les précisions qui attestent d’une collaboration pleine et entière entre les deux équipes.

" Il est indiqué dans le communiqué que le travail est collaboratif avec l'Université de Leiden. Il s'agit d'ailleurs d'une collaboration plus vaste puisque des auteurs nord américains sont également cités. Au sein des équipes la collaboration intellectuelle à l'origine du travail est totale comme en attestent les articles cités ci-dessous** de même qu'ils soulignent le rôle majeur de l'équipe française dans l'identification du phénotype et le recrutement des familles atteintes de ce type de myopathie ayant permis la réalisation du travail. Le communiqué de presse a été rédigé en commun et en parfait accord entre toutes les équipes "

* Membre correspondant de l'Académie Nationale de Médecine, Professeur Claude Desnuelle assure également la présidence de la Société Française de Myologie. Il est responsable de la Coordination Nationale des Centres SLA


** Patients with a phenotype consistent with facioscapulohumeral muscular dystrophy display genetic and epigenetic heterogeneity.Sacconi S, Camaño P, de Greef JC, Lemmers RJ, Salviati L, Boileau P, Lopez de Munain Arregui A, van der Maarel SM, Desnuelle C.J Med Genet. 2012 Jan;49(1):41-6. doi: 10.1136/jmedgenet-2011-100101. Epub 2011 Oct 7 / Clinical features of facioscapulohumeral muscular dystrophy 2. de Greef JC, Lemmers RJ, Camaño P, Day JW, Sacconi S, Dunand M, van Engelen BG, Kiuru-Enari S, Padberg GW, Rosa AL, Desnuelle C, Spuler S, Tarnopolsky M, Venance SL, Frants RR, van der Maarel SM, Tawil R. Neurology. 2010 Oct 26;75(17):1548-54. doi: 10.1212/WNL.0b013e3181f96175/ A unifying genetic model for facioscapulohumeral muscular dystrophy. Lemmers RJ, van der Vliet PJ, Klooster R, Sacconi S, Camaño P, Dauwerse JG, Snider L, Straasheijm KR, van Ommen GJ, Padberg GW, Miller DG, Tapscott SJ, Tawil R, Frants RR, van der Maarel SM. Science. 2010 Sep 24;329(5999):1650-3. doi: 10.1126/science.1189044.)


Ajouter un commentaire


L’afflux de spams et de messages publicitaires rend obligatoire l’insertion de filtres. Pour que cet espace continue à bien remplir sa fonction de passerelle entre les internautes et les institutions, nous vous invitons à remplir les cadres ci-dessous ainsi que le code qui figure dans l'image avant de nous transmettre votre commentaire. Merci de votre compréhension.



*



*

*



*


* - champ obligatoire

Voir les règles de l'espace réaction

newsletter la carte des CHU

Welcome to France University Hospitals

Se faire soigner dans un CHU de France

reseau-chu international

32 établissements de pointe
vous accueillent

picto reseau-chu international

Les rendez-vous santé

  • 25 novembre : journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes
  • 27 novembre : journée nationale de la trisomie 21
  • 29 novembre : semaine internationale de la science et de la paix
  • 1 décembre : journée mondiale de Lutte contre le SIDA
  • 1 décembre : journée mondiale de Lutte contre le SIDA
Voir toutes les dates ...
1ère mondiales médicales les chu en 2020 culture et sante La communication des CHU Article les plus lus publications de reseau-chu offre emploi dans le médicale soumettre un article

Mis à jour le :  24-11-2020