Myopie : la chirurgie réfractive nouvelle activité du CHU de Reims

Technique de pointe, la chirurgie réfractive au laser est désormais proposée aux champardennais myopes, hypermétropes, astigmates ou presbytes. Supprimant de manière définitive les défauts optiques de l’œil, cette intervention apporte au patient une meilleure qualité de vie, sans lunettes ni lentilles.
Technique de pointe, la chirurgie réfractive au laser est désormais proposée aux champardennais myopes, hypermétropes, astigmates ou presbytes. Supprimant de manière définitive les défauts optiques de l’œil, cette intervention apporte au patient une meilleure qualité de vie, sans lunettes ni lentilles.
Le lancement de cette nouvelle activité fait suite à l’arrivée, en septembre 2016, dans le service d’ophtalmologie du CHU du Pr Alexandre Denoyer, ophtalmologiste. Ayant précédemment exercé au Centre Hospitalier National d’Ophtalmologie des Quinze-Vingt à Paris, il est spécialisé en chirurgie de la cornée, en chirurgie de la cataracte et en chirurgie réfractive au laser. Au CHU de Reims, il dispose d’un équipement de dernière génération, une plateforme de chirurgie réfractive d’un montant total de 500 000 €.
« Nous constatons depuis maintenant plusieurs années des demandes nouvelles de la part des patients du territoire, ce qui nous a naturellement conduit à moderniser notre offre de soins, et à acquérir cette technologie avancée », note le Professeur Carl Arndt, chef du service d’ophtalmologie.
La prise en charge en chirurgie réfractive se déroule en trois temps

1. Une première consultation, assurée par le Professeur Denoyer ou un chirurgien de son équipe, permet de vérifier l’absence de contre-indication à l’intervention. Les examens sont effectués  à partir d’une plateforme de mesure des qualités optiques et anatomiques de l’œil aberromètrie-OCT. « Cette consultation permet de déterminer si le patient remplit les conditions préalables ; chaque cas est unique » souligne le Professeur Denoyer. Une prise en charge chirurgicale adaptée sera ensuite proposée.

2. L’intervention chirurgicale se déroule au sein de l’Unité de Chirurgie Ambulatoire du CHU de Reims, sans hospitalisation et sous anesthésie locale. Un retour à domicile est possible dans un délai d’une heure à l’issue de l’intervention.

3. Gage de sécurité et d’efficacité, une consultation de suivi est assurée dans les jours suivant l’intervention, puis une seconde dans un délai d’un mois. La chirurgie réfractive n’est pas remboursée par la Sécurité Sociale, mais certaines mutuelles remboursent tout ou partie des soins. (800 euros par œil pour de la chirurgie réfractive par laser (Excimer) standard et 900 euros par œil pour de la chirurgie réfractive par laser (Excimer) aberroguidée). Un devis est remis au patient à l’issue de la première consultation. 
Zoom sur le laser TENEO 317, laser de nouvelle génération
Acquis par le CHU de Reims, ce laser est l’un des plus performants de sa génération. Grâce à une interconnexion entre le laser et la station de diagnostic utilisée lors de la première consultation, les mesures enregistrées sont immédiatement transférées sur le laser, permettant un traitement chirurgical personnalisé, précisément adapté à la morphologie de l’œil du patient. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.