Nadiège Baille nouvelle DG du CHU Dijon Bourgogne

Onzième femme directrice générale de CHU, Nadiège Baille a quitté le poste de Directrice Générale Adjointe des Hospices Civils de Lyon (HCL) pour prendre la tête du CHU Dijon Bourgogne. Nommée par décret publié au Journal officiel le 20 février 2019, elle a pris ses fonctions le 02 avril 2019.

Onzième femme directrice générale de CHU, Nadiège Baille a quitté le poste de Directrice Générale Adjointe des Hospices Civils de Lyon (HCL) pour prendre la tête du CHU Dijon Bourgogne. Nommée par décret publié au Journal officiel le 20 février 2019, elle a pris ses fonctions le 02 avril 2019.
« J’ai plaisir à rejoindre cet établissement renommé, qui a la confiance des dijonnais et des bourguignons, qui prend à cœur l’animation de son territoire, en partenariat équilibré et respectueux avec les acteurs de santé environnants, qui promeut l’excellence de son enseignement et de sa recherche, en concertation avec notre voisine de campus l’Université de Bourgogne. J’ai plaisir à rejoindre une communauté hospitalière dynamique, engagée, créative, qui a su retrouver une trajectoire financière permettant de regarder l’avenir sereinement, qui a su être à l’écoute des attentes de ses patients et s’adapter à un progrès médical en perpétuelle évolution, qui a adopté en 2018 un projet d’établissement ambitieux, qu’il nous appartient maintenant de mettre en oeuvre ensemble. » Nadiège Baille.
Plusieurs chantiers d’envergure attendent Nadiège Baille au CHU Dijon Bourgogne, parmi lesquels figure la mise en œuvre de l’ambitieux projet d’établissement 2018-2022.

Le parcours hospitalier de Nadiège Baille

Diplômée de l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique, Nadiège BAILLE a commencé sa carrière aux HCL, en tant que directrice adjointe de l’hôpital Debrousse (1996-2001), puis comme directrice adjointe à la direction du personnel et des affaires sociales en charge de la gestion, du budget et des effectifs du personnel non médical (2001-2005).
Pendant six ans, elle a dirigé le Centre Hospitalier de Trévoux (Ain) et a assuré l’intérim de direction de plusieurs établissements.
Elle a ensuite occupé le poste de Directrice du Centre Hospitalier de Montélimar et Dieulefit, établissement support du groupement hospitalier de territoire (GHT) du Sud Drôme Ardèche (mai 2011-décembre 2016). Elle a également assuré l’intérim de direction, puis la direction commune avec le Centre Hospitalier Intercommunal de Bourg-Saint-Andéol-Viviers (Ardèche).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.