Naissance de la télé-radiologie : le système PACS / SIR

Au CHU de Grenoble les personnels habilités pourront visualiser à partir de leur PC les images radiologiques et les comptes-rendus numériques qui les accompagnent. L'expérimentation limitée au départ aux urgences et à certains services spécialisés s'étendra à toutes les unités de soins. A terme, ces examens seront même accessibles aux médecins référents qui ne disposent pas d'une connexion au web via une transcription sur CD ROM. La généralisation de ce système d'information entraînera probablement une réorganisation de l'ensemble de la structure.

Au CHU de Grenoble les personnels habilités pourront visualiser à partir de leur PC les images radiologiques et les comptes-rendus numériques qui les accompagnent. L’expérimentation limitée au départ aux urgences et à certains services spécialisés s’étendra à toutes les unités de soins. A terme, ces examens seront même accessibles aux médecins référents qui ne disposent pas d’une connexion au web via une transcription sur CD ROM. La généralisation de ce système d’information entraînera probablement une réorganisation de l’ensemble de la structure.

Le CHU de Grenoble a édifié son Système d’Information Hospitalier (SIH) sur l’intégration de données provenant de deux sources différentes et complémentaires : l’unité de soins et les services médico-techniques et logistiques.

L’unité de soins dispose de ses propres outils correspondant à la logique de tous les métiers qui contribuent à la prise en charge globale du patient (dossier patient). Ces outils permettent d’assurer l’accueil du patient, le dossier médical, le dossier infirmier, la gestion des rendez-vous. Le médecin référent doit accéder aux résultats des examens biologiques, radiologiques dont il fait la demande. Il peut aussi effectuer ses prescriptions médicamenteuses. La base de données et les échanges reposent sur la logique Internet, avec un navigateur permettant d’accéder aux différentes fonctions, selon le profil d’habilitation de chacun.

Les services médico-techniques et logistiques collaborant avec l’unité de soins bénéficient des outils informatiques spécifiques à leur métier. Ces outils doivent être connectés avec ceux de l’Unité de soins, notamment en ce qui concerne la prise des rendez-vous (identité patient et renseignements cliniques) et la distribution des résultats.

C’est dans cet esprit qu’a été déployé le Système d’Information Image (SII) composé d’un module d’informatisation du service de radiologie (SIR, Système d’Information Radiologique), d’un module de gestion des images (PACS, Picture Archiving and Communicating System) et d’un module de distribution des résultats dans un environnement Internet.

Initialement, cette application a été limitée pour des raisons techniques et économiques aux urgences médico-chirurgicales, à la réanimation chirurgicale, au département de médecine aiguë spécialisée et au service de chirurgie thoracique. Le centre d’investigation clinique (CIC) est aussi inclus.

Ce déploiement rendra possible la demande renseignée d’examen radiologique en mode électronique, la lecture des images avec dictée numérique du compte rendu sur des consoles multimodales de diagnostic, et la distribution Web des résultats.

Les examens d’imagerie ou les résumés d’imagerie sont visibles dans les Unités de soins sur des postes de visualisation PC munis d’un navigateur Internet à travers le serveur de résultats Cristal-Net, mis au point au CHU de Grenoble. Cette application nécessite d’interfacer le serveur Web d’images et Cristal-Net.

Le SII est aussi un point d’ouverture de l’Institution sur l’extérieur en terme de télé-applications de la médecine. Il rend notamment possibles les procédures de télé-diagnostic, télé-consultation, télé-expertise et même le "Home Télé-radiology".
Le gravage automatique de CD Rom avec intégration du logiciel CD Viewer a été conçu pour la revue des images par le médecin référent sur son poste PC.

Le CD peut devenir un média de diffusion des examens très apprécié, notamment aux urgences et dans les unités de soins qui ne bénéficieront pas du système Web de distribution.

Difficile de prévoir toutes les conséquences que peut présenter un système d’information sur les pratiques médicales et notamment sur le rôle de l’image dans le système de soins. Les expériences actuelles montrent que tout système d’information implique une réorganisation d’ensemble.

Il est plus que probable que cette révision des pratiques professionnelles soit à terme une source de profits en terme de niveau de qualité des soins mais aussi de coûts de fonctionnement.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.