Naissance d’une communauté d’établissements

Pour adapter l'organisation hospitalière aux besoins de la population, l'ordonnance du 24 avril 1996 a prévu la possibilité de créer une Communautés d'Etablissements de Santé. Le bassin de santé de Montpellier vient de constituer la sienne.

Signature d’une Charte constitutive et d’une Convention de fonctionnement

Le 21 mars 2001, les directeurs des 11 établissements concernés ont ratifié la charte constitutive et la convention de fonctionnement déjà approuvées par les instances décisionnelles de chacun des 11 centres. La séance de signature s’est déroulée au CHU de Montpellier, en présence des représentants de l’ARH, de la DRASS et de la DDASS de l’Hérault.

Les partenaires de la Communauté d’établissements

La Communauté regroupe les 11 établissements de soins du secteur sanitaire de Montpellier assurant le service public hospitalier : le CHU de Montpellier, le Centre Régional de Lutte contre le Cancer Val d’Aurelle, le Centre Propara, les Cliniques Beausoleil et Mas de Rochet, le Centre de Rééducation de Maguelone, l’Institut Saint-Pierre à Palavas, l’hôpital Coste Floret de Lamalou ainsi que les hôpitaux locaux de Lunel, Clermont l’Hérault et Lodève.

La composition du Conseil de Communauté

La Communauté d’établissements, créée sous la forme juridique d’une convention multilatérale, respecte l’autonomie juridique et budgétaire ainsi que l’autonomie de gestion de chaque établissement membre. A sa tête : un Conseil de Communauté composé du Président du Conseil d’Administration, du Directeur et du Président de la Communauté médicale de chaque établissement membre. Le Conseil de Communauté a pour mission de définir la politique générale et d’arrêter les orientations et projets de coopération entre établissements.

La mission de la Communauté d’établissements

L’objectif général poursuivi est l’amélioration de la qualité de la prise en charge des patients et le développement d’actions portant sur la prévention, le dépistage, la recherche et l’évaluation en soins.
Principaux axes de travail :
– la cancérologie : coordination des soins et de la prévention dans le cadre d’un réseau de soins régional,
– le vieillissement : développement de pôles diagnostiques référents en géronto-psychiatrie, favoriser la prévention, …
– les soins de suite et de réadaptation : mise en place de filières de soins, amélioration de la prise en charge des pathologies chroniques, …
– l’acquisition et le partage d’équipements communs, l’harmonisation des protocoles de soins, le partage de compétences dans le domaine de la formation des personnels, l’amélioration de l’accès et de la diffusion de l’information médicale, …
Chacun de ces thèmes a été déterminé en cohérence avec le Schéma Régional d’Organisation Sanitaire (SROS).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.