Naissance d’une communauté d’établissements

Pour adapter l'organisation hospitalière aux besoins de la population, l'ordonnance du 24 avril 1996 a prévu la possibilité de créer une Communautés d'Etablissements de Santé. Le bassin de santé de Montpellier vient de constituer la sienne.

Signature d’une Charte constitutive et d’une Convention de fonctionnement

Le 21 mars 2001, les directeurs des 11 établissements concernés ont ratifié la charte constitutive et la convention de fonctionnement déjà approuvées par les instances décisionnelles de chacun des 11 centres. La séance de signature s’est déroulée au CHU de Montpellier, en présence des représentants de l’ARH, de la DRASS et de la DDASS de l’Hérault.

Les partenaires de la Communauté d’établissements

La Communauté regroupe les 11 établissements de soins du secteur sanitaire de Montpellier assurant le service public hospitalier : le CHU de Montpellier, le Centre Régional de Lutte contre le Cancer Val d’Aurelle, le Centre Propara, les Cliniques Beausoleil et Mas de Rochet, le Centre de Rééducation de Maguelone, l’Institut Saint-Pierre à Palavas, l’hôpital Coste Floret de Lamalou ainsi que les hôpitaux locaux de Lunel, Clermont l’Hérault et Lodève.

La composition du Conseil de Communauté

La Communauté d’établissements, créée sous la forme juridique d’une convention multilatérale, respecte l’autonomie juridique et budgétaire ainsi que l’autonomie de gestion de chaque établissement membre. A sa tête : un Conseil de Communauté composé du Président du Conseil d’Administration, du Directeur et du Président de la Communauté médicale de chaque établissement membre. Le Conseil de Communauté a pour mission de définir la politique générale et d’arrêter les orientations et projets de coopération entre établissements.

La mission de la Communauté d’établissements

L’objectif général poursuivi est l’amélioration de la qualité de la prise en charge des patients et le développement d’actions portant sur la prévention, le dépistage, la recherche et l’évaluation en soins.
Principaux axes de travail :
– la cancérologie : coordination des soins et de la prévention dans le cadre d’un réseau de soins régional,
– le vieillissement : développement de pôles diagnostiques référents en géronto-psychiatrie, favoriser la prévention, …
– les soins de suite et de réadaptation : mise en place de filières de soins, amélioration de la prise en charge des pathologies chroniques, …
– l’acquisition et le partage d’équipements communs, l’harmonisation des protocoles de soins, le partage de compétences dans le domaine de la formation des personnels, l’amélioration de l’accès et de la diffusion de l’information médicale, …
Chacun de ces thèmes a été déterminé en cohérence avec le Schéma Régional d’Organisation Sanitaire (SROS).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.