Naissance d’une « Convention Télémédecine E.E.G.»

Le CHU de Grenoble a signé le 1er décembre 2005 une convention "Télémédecine EEG" avec le CHR d'Annecy, pour organiser l'interprétation à distance des examens EEG pratiqués sur les nouveau-nés du service de néonatologie d'Annecy. Cette convention va permettre au CHR d'Annecy de recourir à l'expertise grenobloise toute l'année pour l'enregistrement des EEG. La finalité de cette convention étant d'améliorer la qualité de la prise en charge et du traitement, il est envisagé, à terme, d'étendre de ce type d'organisation mutualisée vers d'autres centres de néonatologie et de neurophysiologie de l'Arc Alpin.

Le CHU de Grenoble a signé le 1er décembre 2005 une convention « Télémédecine EEG » avec le CHR d’Annecy, pour organiser l’interprétation à distance des examens EEG pratiqués sur les nouveau-nés du service de néonatologie d’Annecy. Cette convention va permettre au CHR d’Annecy de recourir à l’expertise grenobloise toute l’année pour l’enregistrement des EEG. La finalité de cette convention étant d’améliorer la qualité de la prise en charge et du traitement, il est envisagé, à terme, d’étendre de ce type d’organisation mutualisée vers d’autres centres de néonatologie et de neurophysiologie de l’Arc Alpin.

Les progrès de la médecine néonatale conduisent à une augmentation très importante de la demande d’EEG en néonatologie, portant sur la recherche des indices spécifiques de lésions cérébrales (leucomalacie périventriculaire, souffrance cérébrale aiguë, etc..), la prise en charge de pathologies neurologiques curables (états de mal épileptique, crises infracliniques, etc…), ou le suivi de maturation chez les prématurés.

Le développement d’un réseau de périnatalité, avec la mise en place au CHRA d’une unité de soins intensifs de néonatologie, impose la réalisation d’EEG de qualité avec pérennité de cette activité. Or, la neurophysiologie de la périnatalité représente une expertise spécifique reposant sur :
– une compétence d’interface Neurologie/ Néonatologie/ Neurophysiologie,
– la nécessité d’une pratique intensive et régulière
– la multiplicité des intervenants sur un seul site permettant des échanges, un contrôle et une discussion des résultats.

Ces constats ont conduit à proposer une extériorisation de l’expertise comme cela est possible et déjà en oeuvre dans certains centres hospitaliers. Cette technique peut être aisément standardisée, car réalisée sur place ; l’expertise s’exerçant à distance depuis le centre de compétence et l’ensemble se faisant avec un lien de collaboration médicale déjà en oeuvre pour la neurophysiologie entre le CHRA et le CHU de référence (Grenoble).

Le CHRA a sollicité le CHUG en 2003, pour organiser l’interprétation à distance des EEG pratiqués sur les nouveaux – nés du service de néonatalogie. Une telle organisation était indispensable au CHRA pour satisfaire aux conditions techniques nécessaires à l’autorisation des activités de soins intensifs néonatals ( niveau II b). Suite à plusieurs mois de tests, une convention est aujourd’hui signée, en vigueur depuis le 1er décembre 2005 qui permet de :
– recourir, dans le domaine de la neurophysiologie périnatale, à une compétence d’expertise extérieure
– garantir la continuité de la présence de l’expertise toute l’année
– limiter les transferts de nouveau-nés depuis le CHRA vers d’autres centres pour le suivi d’un EEG pathologique
– limiter la répétition d’examen EEG coûteuse et inefficace
– améliorer la qualité de la prise en charge et du traitement

Cette convention pourra constituer un véritable ballon d’essai, avant l’extension d’une organisation mutualisée à d’autres CHG et CHU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.