Nancy : 1re médicale lorraine avec le robot chirurgical du CHU

Pour la première fois l'ablation complète d'un cancer de la base de la langue a été réalisée à l'aide du robot Da Vinci du CHU de Nancy. Précision opératoire, réduction maximum des séquelles anatomiques ou fonctionnelles de l'opération sont autant d'avantages portés par cette technologie de pointe.

Pour la première fois l’ablation complète d’un cancer de la base de la langue a été réalisée à l’aide du robot Da Vinci du CHU de Nancy. Précision opératoire, réduction maximum des séquelles anatomiques ou fonctionnelles de l’opération sont autant d’avantages portés par cette technologie de pointe. Installé dans le bloc opératoire de l’hôpital de Brabois, le robot chirurgical est composé d’une console et de bras articulés munis d’instruments de petite taille et d’une caméra permettant une vision profonde des régions de la gorge. A la console, un chirurgien pilote le robot par des petites pinces gommant tout geste parasite, près du patient un médecin aide à l’aspiration et à l’écartement des tissus.

Cette première, pour une tumeur des voies aéro-digestives supérieures, a été réalisée par l’équipe du Dr Gilles Dolivet, chirurgien cervico-facial du Centre Alexis Vautrin, référent régional dans le traitement des cancers, lequel, par accord avec le CHU de Nancy, dispose de plages d’utilisation du robot chirurgical Da Vinci. Cette intervention profile déjà les techniques de cyber-chirurgie sur lesquelles travaille le Dr Dolivet en partenariat avec le Pr Roger Jankowski du service d’ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale du CHU de Nancy.

Dans les prochains mois d’autres interventions du même type pourraient être réalisées avec le robot chirurgical du CHU de Nancy grâce auquel, depuis 2001, plus d’un millier de patients ont été traités pour différentes pathologies. Le diplôme inter-universitaire en robotique créé à l’École de Chirurgie de Nancy a déjà attiré des chirurgiens français et étrangers accompagnés par leur équipe d’infirmier(e)s de bloc opératoire. Il propose une formation théorique et pratique à l’utilisation du robot Da Vinci dans différentes spécialités chirurgicales (chirurgie urologique, digestive et endocrinienne, gynécologique, cardiovasculaire, ORL).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.