Nancy lance un appel d’offre international pour la recherche sur le vieillissement

Nancy précurseur : un appel d’offre international a été officiellement lancé ce jeudi 3 juillet 2014 par Bernard Dupont, directeur général du CHRU de Nancy et Pierre Mutzenhardt, président de l’Université de Lorraine, pour recruter un jeune chercheur capable de proposer un programme ambitieux et complémentaire de ceux déjà développés en Lorraine dans le domaine du vieillissement. Plus précisément, il s’agit ici de mieux comprendre pour mieux soigner le vieillissement pathologique et les maladies qui y sont associées, avec l’objectif d’une médecine personnalisée et plus efficace.

Nancy précurseur : un appel d’offre international a été officiellement lancé ce jeudi 3 juillet 2014 par Bernard Dupont, directeur général du CHRU de Nancy et Pierre Mutzenhardt, président de l’Université de Lorraine, pour recruter un jeune chercheur capable de proposer un programme ambitieux et complémentaire de ceux déjà développés en Lorraine dans le domaine du vieillissement. Plus précisément, il s’agit ici de mieux comprendre pour mieux soigner le vieillissement pathologique et les maladies qui y sont associées, avec l’objectif d’une médecine personnalisée et plus efficace.
Dans le cadre du programme AG.I.R (AGing, Innovation & Research), le lauréat se verra offrir les moyens nécessaires à la réalisation d’une recherche de très haut niveau sur trois ans. Si cette procédure est souvent utilisée par de grands Hôpitaux Universitaires étrangers, elle reste rare en France. Un jury international présidé par le Pr Pierre Corvol du collège de France, sélectionnera le lauréat fin 2014 pour un début des travaux de recherche dans la première moitié de l’année 2015.
Pour le Pr Patrick Netter, Doyen Honoraire de la Faculté de Médecine de Nancy, Directeur du Pôle Biologie-Médecine-Santé (BMS), et co-responsable de cet appel d’offres avec le Pr Athanase Benetos, chef du service Gériatrie du CHRU de Nancy, cet appel d’offres est exemplaire et correspond au projet central du Pôle BMS. Cette thématique qui rentre dans les axes prioritaires de l’Université de Lorraine, du CHRU, de la Région Lorraine et de la Communauté Urbaine du Grand Nancy, est en concordance avec les appels d’offres nationaux et l’appel à projet Horizon 2020 européen qui considèrent le vieillissement dans sa globalité, de sa prédiction dans les étapes initiales de la vie, aux évènements tardifs liés aux facteurs d’exposition. Patrick Netter tient à souligner la grande qualité des équipes de recherche universitaire, des établissements publics à caractère scientifique et technique CNRS et INSERM et du CHRU dans ce domaine.
A Nancy, plus de 200 chercheurs et médecins-chercheurs travaillent à mieux comprendre, prévenir et guérir les très nombreuses maladies liées au vieillissement pathologique des cellules, tissus et organes. Le vieillissement est un processus très variable d’un individu à l’autre. Il survient tout au long de la vie et conduit à l’explosion de l’incidence de nombreuses maladies beaucoup plus tard, surtout à partir de 70 ans, et ce vieillissement conduit aussi à la perte de l’autonomie.
Sont particulièrement concernées les maladies cardiovasculaires, ostéoarticulaires, neurologiques et certains cancers. Il est encore très difficile de prédire et prévenir le vieillissement considéré comme pathologique car susceptible d’induire ces maladies, en particulier parce que les mécanismes en sont insuffisamment connus.
C’est pourquoi de nombreux programmes de recherche nancéiens ont l’objectif de mieux comprendre le vieillissement pathologique avec, en particulier, le rôle de facteurs de risque médicaux et environnementaux (habitudes de vie, alimentation…) et cela, en fonction des susceptibilités liées au patrimoine héréditaire et en fonction des maladies considérées.  Il s’agit là de « mieux comprendre » pour « mieux prévenir et soigner » car les objectifs sont aussi de développer des techniques novatrices de biologie et d’imagerie médicales, indispensables pour identifier le vieillissement pathologique et les sujets à risque.
La recherche sur le vieillissement pathologique apparait comme un levier de la valorisation économique du secteur de la sante en Lorraine. La « silver économie » représente déjà aujourd’hui plusieurs millions d’euros de contrats industriels par an, ainsi que de nombreux brevets et créations d’entreprise.
Depuis de nombreuses années, le CHRU de Nancy joue un rôle moteur dans ces programmes de recherche ; considéré comme l’un de meilleurs centres de recherche clinique en France, en particulier dans les maladies du vieillissement, le CHRU déploie cette recherche en partenariat avec huit équipes INSERM et CNRS nancéiennes et grâce aussi bien sûr à l’Université de Lorraine, une des plus importantes universités françaises. Il s’agit le plus souvent de grandes études nationales et européennes, très souvent pilotées par les équipes nancéiennes. Cette recherche bénéficie aussi d’une aide importante et essentielle de la région Lorraine et de la Communauté Urbaine du Grand Nancy.
Soutenus par les contrats d’interface et les Centres d’Investigation Cliniques, de très nombreux chercheurs de l’Université, de l’INSERM et du CNRS développent aujourd’hui leurs recherches sur le vieillissement à l’intérieur même du CHRU de Nancy, en collaboration avec les médecins. Ces associations médecins-chercheurs qui sont la base des programmes de recherche seront très prochainement structurées au sein des Fédérations Hospitalo-Universitaires. Ces fédérations, permettront d’associer formellement des équipes INSERM ou CNRS aux services ou pôles hospitaliers sur de grands programmes de recherche d’une durée de 4 à 5 ans. Cette recherche sera encore enrichie par l’arrivée de nouveaux chercheurs ou médecins-chercheurs travaillant dans le domaine du vieillissement. C’est précisément le but de ce nouvel appel d’offres qui est émis à l’échelle internationale : diversifier la recherche et la rendre encore plus compétitive.

Grâce à cet appel d’offres, la Lorraine pourra attirer des chercheurs d’excellence et renforcer sa lisibilité sur cette thématique interdisciplinaire et translationnelle qui associe recherche fondamentale et clinique, mais également la biologie, la santé ainsi que l’informatique, la chimie ou encore les sciences humaines et sociales.
En savoir +
– sur l’appel d’offre : http://www.univ-lorraine.fr/agir 
– sur http://www.chu-nancy.fr/index.php/presentation/recherche

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.