Nancy : le CHU booster d’innovations

Créateurs de richesses, les CHU sont des contributeurs de premier plan à la dynamique économique des territoires. Côté start-ups, leurs vocations de recherche et d'innovation en font des terrains de prédilection pour les jeunes entrepreneurs en santé. A Nancy, cette activité est désormais concentrée sur un site unique, dans un Hôtel à Projets Economiques de 450 m² qui vient d'ouvrir ses portes dans ce qui sera à terme un Institut de Recherche et d’Innovation en Santé (IRIS), un concept original d'écosystème. Explications...

Créateurs de richesses, les CHU sont des contributeurs de premier plan à la dynamique économique des territoires. Côté start-ups, leurs vocations de recherche et d’innovation font d’eux des terrains de prédilection pour les jeunes entrepreneurs en santé. A Nancy, cette activité est désormais concentrée sur un site unique, dans un  Hôtel à Projets Economiques de 450 m² qui vient d’ouvrir ses portes dans ce qui sera à terme un Institut de Recherche et d’Innovation en Santé (IRIS), un concept original d’écosystème. Explication…
A  l’instar d’une sociétés d’accélération du transfert de technologies (SATT), son ambition est de développer des projets collaboratifs, pluri et interdisciplinaires à fort potentiel économique et de valorisation. Les équipes mettront en place des partenariats public / privé pluridisciplinaires et faciliteront le travail en réseau afin de favoriser la croissance des start-ups en santé. Ces jeunes entreprises bénéficieront de la présence à proximité de publics experts et ciblés : médecins, ingénieurs, patients, professionnels de santé… et d’un accès privilégié aux équipements de pointe de l’établissement.
Elaboré et financé dans le cadre du Pacte d’innovation Etat-Métropole du Grand Nancy, l’Hôtel à Projets vient conforter le rôle pivot du CHRU de Nancy en matière de recherche en santé.  A la croisée du Technopôle Henri Poincaré et de l’Université de Lorraine,  ce nouveau service participe à l’attractivité et au rayonnement de la Métropole nancéienne et du Grand Est. Un de ses axes forts est l’Intelligence Artificielle (IA) au service de la progression des soins.
Les jeunes pousses prometteuses venues s’épanouir au sein de l’Hôtel à Projets du CHRU de Nancy
Ecole IA MICROSOFT / SIMPLON
85% des emplois qui seront exercés en 2030 n’existent pas encore aujourd’hui. Le numérique et l’Intelligence Artificielle en particulier changeant profondément les contours de ces futurs métiers, les besoins en compétences sont majeurs. Engagé pour l’égalité des chances, et convaincu que ces opportunités d’emplois sont accessibles à tous, Microsoft a créé, une école unique et alternative : l’Ecole IA Microsoft, en partenariat avec Simplon, entreprise sociale et solidaire de formation au numérique. Ouverte aux personnes éloignées de l’emploi avec des connaissances en langage algorithmique, elle offre une formation spécialisée nécessaire pour devenir « Développeur Data IA », collaborateur direct des Data Scientists concepteurs des IA.
BIOSERENITY
Fondée en 2014 par Hala Nasser et Pierre-Yves Frouin, au sein de l’Institut du Cerveau et de la Moëlle épinière, BioSerenity édite des solutions connectées pour suivre certains patients. Elle est aujourd’hui un des premiers acteurs de télémédecine dans l’ElectroEncéphalographie (EEG). Société à forte croissance, spécialisée dans les technologies médicales de diagnostic et dans la télé-expertise, elle offre des solutions sur des pathologies chroniques pour accélérer
le diagnostic, faciliter le suivi et accompagner les thérapies. Elle propose des offres de soins complètes et développe des solutions de suivi (full-stack) comprenant un dispositif physique, une application mobile, un cloud, des algorithmes d’Intelligence Artificielle pour l’analyse des données.
STEMINOV
La startup pharmaceutique nancéienne a été distinguée récemment par le concours i-Lab pour ses recherches et la mise au point d’un MTI (Médicament de Thérapie Innovante) « WhartSep » contre le choc septique, en lien étroit avec l’Unité de Thérapie Cellulaire et Banque de Tissus (UTCT) du CHRU de Nancy. Le choc septique, forme ultime du sepsis, touche près de 700000 personnes par an en Europe, constitue la 1re cause de mortalité en soins intensifs. Il n’existe pas actuellement de traitement spécifique. Le MTI constitué de cellules souches mésenchymateuses présente des propriétés immunomodulatrices particulièrement intéressantes pour le traitement du choc septique. Prochaine étape : la mise en oeuvre des études cliniques de ce médicament.
AFO TECH
Développer concrètement des solutions technologiques pour résoudre des problématiques de santé publique, en particulier dans le domaine des Troubles Musculo Squelettiques (TMS). AFO TECH est une Med Tech qui a une vision innovante du parcours thérapeutique : semelles orthopédiques 3D (prévenir et traiter), dépistage des TMS par analyse cinématique du mouvement (détecter). Leur premier produit ? Une solution complète à destination des podologues utilisant la fabrication additive. Au centre de tous ces développements : le bien-être du patient.
Contact : Laurence Verger // 06 89 75 77 69 // l.verger@chru-nancy.fr

Sur le même sujet
Recherche innovation : un Hôtel à Projets Economiques en construction à Nancy

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.