Nancy : les Russes à l’écoute de la Gériatrie « à la française »

Les statistiques le confirment : la population russe âgée augmente en même temps que sa moyenne d’âge. Même si, et les chiffres le montrent aussi, ces moyennes sont plus basses que celles des européens puisqu’à l’heure actuelle un homme russe vit en moyenne jusqu’à 64 ans et une femme 76 ans*. Confronté au vieillissement démographique, le gouvernement a lancé une large étude sur les prises en charge hospitalières et extra-hospitalières des personnes du 3e âge.

Les statistiques le confirment : la population russe âgée augmente en même temps que sa moyenne d’âge. Même si, et les chiffres le montrent aussi, ces moyennes sont plus basses que celles des européens puisqu’à l’heure actuelle un homme russe vit en moyenne jusqu’à 64 ans et une femme 76 ans*. Confronté au vieillissement démographique, le gouvernement a lancé une large étude sur les prises en charge hospitalières et extra-hospitalières des personnes du 3e âge. En effet, la Gériatrie étant encore très peu développée dans le pays, tout est donc à construire, aussi bien les filières hôpitaux/médecins de ville, que la formation de personnels qualifiés, jusqu’au lancement de programmes de recherche.
Ce besoin crucial de compétences et de structures spécialisées explique pourquoi une délégation composée de représentantes du Ministère russe de la santé et de médecins de l’Université moscovite Pirogov est venue découvrir le savoir-faire « à la française ». Ces visiteuses moscovites ont été reçues par l’Université de Lorraine à travers sa la Faculté de médecine et par le CHRU de Nancy, du 23 au 26 janvier 2017. 
Première rencontre hospitalo-universitaire de ce type, le séjour a permis aux professionnelles de santé russes de visiter le service de Gériatrie du CHRU dirigé par le Pr Bénétos, les Soins de Suite et Réadaptation, l’Unité Cognitivo-Comportementale, le Long séjour, ainsi que des structures d’aval nancéiennes (Office nationale des Personnes Agées, L’institut de Réadaptation et la Maison Hospitalière St Charles), de rencontrer leurs homologues lorrains et de s’informer sur les organisations, les formations et les politiques de santé. Autre visite d’importance, l’hôpital virtuel de la Faculté de Médecine, à travers son centre de simulation (CUESIM) et plus particulièrement sa branche « mannequins gériatriques » destinée à la formation des infirmier(e)s de la spécialité et, à travers, l’Ecole de chirurgie, centre international de référence dans le domaine de la formation sur robots.

Une convention officielle et inédite portant sur la Gériatrie a été signée entre les deux Universités. Elle sera concrétisée dès le mois de mars prochain par des cours de formation gériatrique, dispensés par Athanase Bénétos, aux enseignants de la Faculté de Médecine de l’Université Pirogov, cours portant sur les expertises et les pratiques lorraines, afin qu’elles soient diffusées à de jeunes médecins. Cette convention entérine également la création d’un master en Gériatrie, ainsi que l’ouverture à des échanges d’étudiants (1er et 2e cycle, doctorants et post doc) non seulement en médecine mais aussi des chercheurs.
Un partenariat gagnant gagnant
La convention hospitalo-universitaire sur les « silver knowledge » est un partage de richesses scientifiques à plusieurs strates : connaissances cliniques pour les Russes avec l’acquisition de savoirs gériatriques et recherche mutuellement boostée donnant ainsi l’opportunité de collaborer sur des projets internationaux.

*source : le monde.fr. 16.3.12

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.